• Un Japonais arrêté vivait au-dessus des toilettes publiques depuis 3 ans

    La police a arrêté un homme qui vivait dans le grenier d’un toilette public dans un parc paisible de la ville à Usuki, au Japon.

     

    À la suite du conseil d’un électricien effectuant une maintenance dans le parc, l’homme a été arrêté la semaine dernière pour suspicion d’intrusion, a déclaré le quotidien japonais The Mainichi.

    Les enquêteurs ont découvert que Takashi Yamanouchi, âgé de 54 ans, avait fait un loft spacieux au-dessus des toilettes, il en avait fait sa maison et y vivait depuis au moins trois ans, disant à la police qu’il avait déménagé dans le logement inhabituel lorsque le locataire précédent a déménagé.

    On pense que le squatteur accèdait au grenier en grimpant les murs des toilettes et en accédant au plafond par une trappe.

    La résidence de Yamanouchi était assez propre, bien rangée et avait toutes les commodités qu’on pourrait s’attendre à trouver dans hôtel à bas prix. Le squatter avait un réchauffeur électrique, un poêle à gaz et ses vêtements disposés dans l’espace de 92 mètres carrés.

     

    Curieusement, considérant qu’il habitait littéralement au-dessus des toilettes, la police a également découvert au moins 300 bouteilles remplies de ce qui semblait être l’urine de Yamanouchi.

    La découverte surprenante a incité les autorités municipales d’Usuki à mener une recherche de toutes les toilettes publiques dans les parcs de la ville, mais aucun habitant indésirable n’a été trouvé.

    *

    Un Japonais arrêté vivait au-dessus des toilettes publiques depuis 3 ans

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Il publie une annonce en 1865 pour trouver une femme...

    Une petite annonce publiée en 1865 dans un journal américain, par un paysan à la recherche d'une femme, vient de resurgir sur Twitter. Et cette annonce fait le buzz : de nombreuses femmes se disent prêtes à l'épouser sur-le-champ. Dommage, que l'annonce ait été publiée il y a 152 ans...

     

    À l'époque, faire des rencontres n'était pas aussi simple qu'aujourd'hui. C'est ce que raconte l'histoire de ce jeune paysan américain de 18 ans. Il n'avait pas Tinder, et désirant se marier, il a choisi de poster une petite annonce dans un journal, en 1865.

     

    «Cherche rencontre. Un jeune homme du compté Aroostook, dans la Maine, cherche une femme, et voici comment il se décrit : "J'ai 18 ans, j'ai de bonnes dents, et je crois en Andy Johnson (le successeur de Lincoln après son assassinat), à la bannière étoilée de notre pays, et au 4 juillet (la fête nationale américaine). J'ai acheté des terres à l'Etat, et j'ai nettoyé 18 acres l'an dernier. Et j'en ai semé plus de 10. Mon blé noir est de première classe, l'avoine et les patates poussent bien. J'ai neuf moutons, un taureau de deux ans et deux génisses, ainsi qu'une maison et une grange. Je veux me marier. Je veux acheter du beurre et du pain, des robes à volants, et une fontaine pour une personne de la gent féminine, et cela, pour toute la vie. C'est tout ce qui m'importe. Mais je ne sais pas comment y arriver..."».

    Une annonce qui fait le bonheur de ces dames... en 2017

     

    Si l'annonce a aujourd'hui 152 ans, elle fait désormais le buzz sur Twitter : les femmes sont emballées, et certains hommes sont même jaloux. Postée sur Reddit, de nombreux internautes ont réagit à cette annonce : «Je crois que je l'épouserais. Il s'en sort bien pour un type de 18 ans. Il sait où il va», «Il a de bonnes dents ? Ça me va !», «J'ai 39 ans, et je n'ai même pas un seul mouton», «Ce mec est plus riche à 18 ans qu'on ne le sera jamais». 

    Si l'histoire fait le buzz, et a suscité la curiosité des internautes, personne ne connaît la suite de l'histoire de ce jeune homme. Son annonce a-t-elle fonctionné ? A-t-il trouvé une femme ? En tout cas, une chose est sûre : en 2017, il aurait trouvé une femme en un claquement de doigt !

    Il publie une annonce en 1865 pour trouver une femme...

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...

    Le monument de la plage d'Omaha Beach, à Saint Laurent sur Mer - la célèbre plage du Débarquement du 6 juin 1944 - le 31 mai 2014. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

     

    A Hiesville, une gourmette au nom de son propriétaire, John E. Hill, a été retrouvée en février. Trois mois après, l'ancien GI, toujours en vie, a pu la récupérer !

     

    C’est une petite histoire extraordinaire au cœur de la grande Histoire. Incroyable, mais vrai : un vétéran américain de la Seconde Guerre mondiale vient de récupérer sa gourmette, 73 ans après l’avoir perdue à la suite du Débarquement en Normandie !

    Le 7 juin 1944, John Edward Hill a 20 ans quand il débarque à Omaha Beach, puis son régiment passe par Isigny-sur-Mer et Saint-Lô. On lui vole sa veste.

    A l’intérieur d’une poche se trouvait sa précieuse gourmette, un bijou en argent offert par sa mère juste avant de partir à la guerre. Le genre d’objet auquel on tient…

    Rentré aux Etats-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale, du côté de Syracuse dans l’Etat de New York, le vétéran n’a jamais osé confier à sa mère qu’il avait perdu son cadeau.

    Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...

    73 ans après… cette histoire lui est revenue comme par enchantement, grâce à un historien valognais de 36 ans, Mathieu Delamotte :

    La gourmette a été retrouvée dans un talus fraîchement élagué, à Hiesville. Deux inscriptions sont gravées dessus : John E. Hill, un nom très répandu, et le matricule 12141290. Après des recherches sur internet pour retrouver de la famille de ce vétéran afin de rendre le bijou, j’ai obtenu l’aide précieuse d’une bibliothécaire qui a retrouvé se trace. Et il était encore en vie, incroyable !

    En avril, une rencontre par webcam a été organisée, devant les caméras de la télévision américaine. Pendant 15 minutes, les deux hommes ont pu échanger leurs impressions et leurs histoires, non sans émotion.

    Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...     Un GI retrouve sa gourmette 73 ans après...

    Mathieu Delamotte a récemment envoyé le précieux colis à Syracuse, avec en bonus, des « petits paras », ces gâteaux de la biscuiterie de Sainte-Mère-Église :

    Ils l’ont bien reçu. Dans ma lettre, j’ai posé quelques questions sur son parcours et son régiment, car c’était difficile de tout comprendre par caméras interposées. J’espère obtenir bientôt des réponses…

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • un collectionneur trouve 25 kilos d'or dans un char d'assaut

    Jackpot pour ce collectionneur de véhicules militaires ! Ce britannique a découvert 25 kilos d'or dans le réservoir d'un char d'assaut irakien. Un trésor de guerre estimé à 2,3 millions d'euros.

     

    Nick Mead, 55 ans, est un collectionneur britannique passionné par les véhicules militaires. Après avoir fait l'acquisition d'un char irakien T69 (de fabrication russe) d'une valeur de 35.000 euros sur eBay, Nick Mead décide de le restaurer pour l'ajouter à sa belle collection de plus de 150 véhicules militaires. Sauf que durant la restauration de ce tank, à sa grande surprise, il découvre cinq lingots d'or d'un poids total de 25 kilos, dans l'un des réservoirs du véhicule. Cinq lingots d'or, dont la valeur est estimé à 2,3 millions d'euros, de quoi se racheter toute une collection de chars d'assaut.

    un collectionneur trouve 25 kilos d'or dans un char d'assaut

    Honnête, et ne sachant quoi faire de ce trésor de guerre, Nick Mead décide d'appeller la police, qui lui confisque son trésor, le temps d'enquêter auprès du Koweït pour retrouver les propriétaires des lingots. Car le char avait été utilisé par l'armée irakienne lors de l'invasion du Koweït en 1990. Ces soldats irakiens s'en seraient servi pour dérober de l'or appartenant au Koweït.

     

    Nick Mead a donc fait une belle découverte, mais risque de ne pas en profiter. Si ces 2,3 millions d'euros risquent de lui passer sous le nez, le collectionneur s'en moque, «même si je ne récupère pas l'or, mon merveilleux char sera toujours là, lui», a-t-il déclaré au journal britannique The Sun.

    un collectionneur trouve 25 kilos d'or dans un char d'assaut

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • La plus grande statue de Bouddha au monde refait surface

    L'ouvrage, qui était dissimulé depuis des milliers d'années sous la végétation dans la province du Guizhou en Chine, mesure plus de 50 mètres de haut.

     

    Oubliez le Bouddha monumental de Leshan, une nouvelle sculpture fait son entrée dans la course. Restée invisible jusqu'ici, c'est la déforestation dans ses alentours qui a permis cette fantastique découverte. Il pourrait bien s'agir de la plus grande statue au monde représentant Bouddha.

    Caché dans les montagnes, dans la ville de Guiyang dans la province du Guizhou en Chine, l'ouvrage de plus de 50 mètres de haut date de plusieurs milliers d'années.

    La plus grande statue de Bouddha au monde refait surface   La plus grande statue de Bouddha au monde refait surface

     Il bat ainsi de quatre mètres le record du Bouddha de Leshan, dans le Sichuan, considéré avant cette découverte comme le plus grand Bouddha sculpté dans la roche. Sa tête orientée vers l'ouest mesure à elle seule 16 mètres. Selon les médias chinois, la tête a été sculptée dans un rocher unique tandis que le reste de son buste fait corps avec le reste de la montagne.

    La plus grande statue de Bouddha au monde refait surface

    Selon la légende, le maître Hai Nang et son disciple Hai Tung, sous la dynastie des Tang, décidèrent d'ériger deux grandes statues de Bouddha à même la montagne pour prévenir leurs œuvres des catastrophes naturelles. L'apprenti partit en direction de Leshan tandis que le maître resta sur place, trop faible pour entamer le voyage. Hélas, Hai Nang est mort avant de terminer son travail et le Bouddha resté timide derrière la végétation ces derniers siècles resta inachevé.

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique