• Histoires animalières (13)

    Rubrique dédiée au monde de nos animaux domestiques--> histoires étranges, émouvantes, découvertes, infos...

    Histoires animalières (9)

  • la tortue avait avalé 915 pièces de monnaie

     

    Elle avait avalé 915 pièces, il a fallu 7 heures d’opération pour la sauver: pendant des années, Tirelire, une tortue thaïlandaise, a avalé la monnaie lancée dans sa mare par les visiteurs du parc et a failli en mourir.

     

    Agée de 25 ans, elle a été envoyée, avec la carapace fracturée, il y a quelques jours dans une clinique de Bangkok quand les médecins ont découvert cinq kilos de pièces coincés dans son ventre. 

    « Il y avait 915 pièces dans son ventre, nous les avons enlevées une par une », a expliqué à l’AFP Nantrika Chansue, la vétérinaire responsable du centre de recherche aquatique de l’hôpital Chulalongkorn.

    « Tirelire va bien maintenant, mais elle devra rester au centre pendant deux semaines », a-t-elle ajouté, précisant que c’était la première fois que le centre avait à réaliser ce genre d’opération.

    Tirelire vit depuis plus de 20 ans dans un petit parc de la province de Chonburi, à deux heures au sud de Bangkok, et elle était l’une des mascottes de ce parc où les visiteurs venaient nombreux pour jeter des pièces.


    Thaïlande: la tortue avait avalé 915 pièces de... par jacq35

    « Une tortue peut vivre jusqu’à 80 ans et les gens disent que la personne qui jette une pièce de monnaie dans l’étang de la tortue pourra vivre plus longtemps », explique Rungroj Thanawongnuvej, doyen de la Faculté des sciences vétérinaires de Chulalongkorn dans un communiqué.

    Mais pour lui, c’est au contraire synonyme de mauvais karma « puisque cela nuit à des animaux ».

    *

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Des chiens de l'Institut Curie s'entraînent à détecter le cancer du sein

    Depuis septembre, deux chiens qui appartiennent à l'Institut Curie, à Paris s'entraînent à détecter le cancer du sein à l'aide de leur seul odorat. AFP/PASCAL LACHENAUD

     

    Nom de code : Kdog. Derrière cette appellation, se cache un projet original qui consiste à détecter le cancer du sein, grâce à l'odorat canin. Depuis septembre, Thor et Nykios, deux bergers malinois âgés de deux ans qui appartiennent à l'Institut Curie, à Paris s'entraînent en ce sens. 

    L'apprentissage se déroule loin des regards, sur un ancien site militaire à Magnac-Laval (Haute-Vienne) et sous la férule de leur dresseur Jacky Experton, pionnier des techniques cynophiles. « Ce type d'étude n'a jamais été mené sur le cas du cancer du sein. Tous les paramètres sont susceptibles de changer au fil de l'étude. Pour l'instant, l'Institut Curie est parti sur six mois de travail. Tout dépendra de la réponse des chiens », résume Jacky Experton.


    Le flair des chiens pour dépister les cancers... par afplp

    Ambiance studieuse, exercices gardés secrets, « pour préserver la recherche »... Thor et Nykios exécutent chacun quinze passages par jour dans la salle d'examen où les attendent des bocaux contenant des échantillons fournis par l'Institut Curie. « Ils travaillent séparément, détaille Jacky Experton. Quand ils entrent dans la salle, rien ne doit les distraire de leur parcours. Nous sommes au tout début d'une histoire nouvelle: pour l'instant, j'en suis à travailler pour trouver le mode d'emploi de la méthode de dressage sur ces composés odorants particuliers. » 

    Chaque séance est filmée 

    Depuis septembre, les chiens planchent sur la phase dite de mémorisation. Nykios est par exemple formé à reconnaître les composés odorants du cancer extraits directement de la tumeur de patientes choisies par les chercheurs et imprégnés sur un tissu duveteux. De son côté, Thor exerce son flair sur des tissus qui n'ont été en contact qu'avec la transpiration issue de la peau du sein de patientes malades. « Pour le chien c'est un jeu: je lui apprends à associer sa récompense à une odeur singulière », précise le dresseur. 

    Chaque séance est filmée puis analysée par Jacky Experton avec les professionnels de santé à Paris, en particulier Isabelle Fromantin, qui pilote la recherche pour l'Institut Curie.

     

    Si, d'ici à quatre mois, l'étape de mémorisation se révèle concluante, le jeu devrait se corser pour Thor et Nykios, qui devront échanger leur rôle, afin de confirmer l'hypothèse selon laquelle les marqueurs odorants du cancer du sein sont repérables par les chiens, même en quantité faible. 

    L'espoir : mettre au point un moyen de dépistage peu coûteux

    Jacky Experton - jusqu'alors spécialisé dans le dressage d'animaux pour la détection d'armes, d'explosifs ou de drogues -- espère que la recherche financée par l'Institut Curie grâce au mécénat (100 000 €) attirera l'attention du monde médical et que de nouveaux financements permettront de pousser plus loin le travail. En premier lieu, il s'agira de mener une nouvelle étude clinique sur un plus large panel de patientes. 

    A plus long terme, Isabelle Fromantin et Jacky Experton souhaitent aboutir à un moyen de dépistage du cancer du sein efficace, peu coûteux et mobile, facile à mettre en oeuvre dans des pays sinistrés en matière d'infrastructures et de personnel médical. 

    « En dehors de la dimension humanitaire, qui me tient beaucoup à coeur, c'est aussi l'hypothèse d'un temps précieux gagné sur la maladie qui motive notre travail », conclut Jacky Experton. C'est en découvrant que des études prometteuses avaient été menées sur les cancers de la prostate à partir des composés odorants laissés par la maladie dans l'urine des patients que Jacky Experton a eu l'idée du projet Kdog. 

    Une étude-pilote réalisée en Autriche avait ainsi suggéré en 2012 que les chiens étaient étonnamment doués pour détecter les cancers du poumon grâce à leur odorat, avec un taux de réussite de 70%.

     

    Des chiens de l'Institut Curie s'entraînent à détecter le cancer du sein

     

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Les chiens comprennent ce que vous dites...

    Les chiens ont la capacité de distinguer les mots et les intonations grâce aux mêmes régions du cerveau que les humains, révèle une étude sur la manière dont le meilleur ami de l'homme interprète notre langage.

     

    Publiée lundi dans la revue américaine Science, elle montre que le cerveau canin prête attention à la fois à ce que nous disons et à la manière dont nous le disons, expliquent des chercheurs de l'université Eötvös Loránd de Budapest.

    L'intonation juste

    Les chiens comme les humains utilisent l'hémisphère gauche du cerveau pour interpréter les mots et des régions de l'hémisphère droit pour analyser l'intonation. Le centre du plaisir dans leur cerveau est activé seulement quand des paroles de gentillesse et de louanges sont accompagnées de l'intonation juste, ont déterminé ces chercheurs. 

    Selon eux, ces observations suggèrent que les mécanismes neuronaux permettant de traiter les mots ont évolué beaucoup plus tôt qu'estimé jusqu'alors et qu'ils ne sont pas spécifiques au cerveau humain. 

    L'étude montre que si un environnement est riche en paroles comme c'est le cas dans une famille où vit un chien, les représentations du sens des mots peuvent se développer même dans le cerveau d'animaux incapables de parler.

    Des similitudes de fonctionnement entre cerveaux humains et canins

    «Le cerveau humain non seulement analyse séparément les mots que nous entendons mais aussi la manière dont ils sont dits, intégrant les deux types d'informations pour parvenir à un sens», explique Attila Andics du département d'éthologie de l'université Eötvös Loránd. «Nos conclusions suggèrent que le cerveau des chiens fonctionne de manière très similaire», une découverte qui pourrait aussi aider à faciliter la communication et la coopération entre chiens et humains, poursuit-il. 

    Pour cette étude, ces scientifiques ont dressé treize chiens pour qu'ils restent couchés totalement immobiles pendant un scanner du cerveau afin de mesurer leur activité cérébrale alors qu'ils écoutaient parler leur maître. Ils ont constaté que les chiens activaient une zone de l'hémisphère droit du cerveau pour distinguer une intonation signalant la gentillesse et une ne l'indiquant pas. Ce même centre cérébral traite des sons qui suscitent des émotions mais qui ne sont pas des paroles, avaient déjà identifié ces chercheurs.

    La même zone du cerveau humain joue un rôle similaire, suggérant que les mécanismes d'interprétation des intonations ne sont pas spécifiques à la parole. Selon ces scientifiques, ce qui «rend les mots uniquement humains ce n'est pas une capacité neuronale particulière mais notre créativité pour leur utilisation».

     

    Les chiens comprennent ce que vous dites...

    source de l'article

    Pin It

    1 commentaire
  • Mourant, un chien veut à tout prix assister au mariage de ses maîtres  Mourant, un chien veut à tout prix assister au mariage de ses maîtres

     

    Agé de 15 ans et atteint d'une tumeur au cerveau, Charlie n'avait plus que quelques heures à vivre. Mais le chien a absolument voulu assister au mariage de sa maîtresse, Kelly O'Connell. Son courage a ému tous les invités.

    Très affaibli par la maladie, le chien a honoré les invités de sa présence en parvenant à tenir son rôle jusqu'au bout. Il a suscité beaucoup d'émotions dans le chef des invités, touchés par sa volonté de participer au plus beau jour de la vie de celle qui compte le plus à ses yeux.

    Au moment de descendre l'allée pour rejoindre la mariée, c'est la demoiselle d'honneur qui a porté le chien, incapable de se mouvoir par lui-même. 

    Présente ce jour-là pour la cérémonie, c'est la photographe Jen Dziuvenis qui a partagé les clichés sur les réseaux sociaux. "La quantité d'amour qu'ont ces gens pour leur animal est suffisante pour croire de nouveau en l'humanité", écrit-elle. "Après la cérémonie, la mariée n'arrêtait pas de dire: 'Charlie, tu es là. Tu l'as fait'".

    Mourant, un chien veut à tout prix assister au mariage de ses maîtres

    Charlie est décédé une semaine plus tard. Mais il a pu partir l'âme apaisée.

    Mourant, un chien veut à tout prix assister au mariage de ses maîtres

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Il a enregistré des grillons puis a ralenti l’enregistrement...

    Il a enregistré des grillons puis a ralenti l’enregistrement, et cela ressemble à des chants d’êtres humains

    Un compositeur, Jim Wilson, a fait des prises de son de chant des grillons et ensuite , il a ralenti l’enregistrement, révélant quelque chose de phénoménal. Les grillons ont l’air de chanter en chœur en parfaite harmonie et d’une manière presque angélique. On dirait des voix d’hommes, cependant tout ce que vous écouterez dans l’enregistrement vient uniquement des grillons .

     

    Il a enregistré des grillons puis a ralenti l’enregistrement :

     

    « J’ai découvert que lorsque je ralentissais cet enregistrement à différents tempos, cette sonorité simple et familière a commencé à se transformer en quelque chose de très mystique et complexe…….presque humain. »

    Invraisemblable…

    *

    source de l'article

    autre lien sur cette histoire

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique