• Henri Dalsheim, exégète de Nostradamus

     

     

    Le destin du Monde se jouera au XXIème siècle
     
    Henri Dalsheim aurait trouvé la solution, pour décrypter l’œuvre prophétique de Nostradamus.
     
    C’est en tout cas ce qu’il nous annonçait l’an dernier, dans son premier livre (qui entre dans le cadre d’une trilogie) « L’Histoire était déjà écrite ». Henri Dalsheim (qui utilise un nom d’emprunt) est un ancien physicien de haut niveau. 
     
    Aujourd’hui à la retraite, l’homme à l’esprit vif, a compris que Nostradamus utilisait deux paliers de cryptage pour verrouiller son texte. Le scientifique possède ainsi la clef, pour mettre en lumière les prophéties cachées dans les couloirs du temps.
     
    Henri Dalsheim, publie ce mois-ci (janvier 2012), son second livre « Lettres Prémonitoires ». Un ouvrage d’une extrême importance, qui s’appuie sur « La lettre à César », et « La Lettre à Henri », deux textes qui esquissent notre proche avenir et introduisent le troisième volume de sa trilogie.
    Selon l’auteur, le début du IIIème millénaire serait marqué par une grave crise économique, suivie d’une « conflagration mondiale ». Celle-ci se terminerait par le renouveau de notre civilisation sur la base d’une nouvelle vision du monde. Suite à des années de recherche, vous avez découvert le procédé cryptant les écrits de Nostradamus. Expliquez-nous…
     
    Henri Dalsheim : Nostradamus concevait sa phrase mentalement comme nous le faisons tous, quand nous écrivons. Il formulait ses pensées à la manière et avec le vocabulaire de son époque. Une fois sa phrase à l’esprit, il la « déstructurait » pour l’obscurcir.
     
    Pour cela, il employait deux procédés successifs.
     
    Le premier consistait à remplacer certains mots par d’autres.  Ces derniers avaient une signification soit codée soit symbolique. Le codage de Nostradamus lui était strictement personnel. La recherche de la signification de ces mots met en jeu l’ensemble des textes prophétiques, car elle doit être compatible sur la totalité de ses écrits.
     
    Deuxième processus employé pour verrouiller son texte : il supprimait des mots qui étaient secondaires, comme les articles, les adjectifs, les adverbes… D'autres part, il enlevait des termes qui étaient de prime abord trop explicites. En résumé, Nostradamus utilisait un procédé de cryptage à deux niveaux, ce qu’il exprimait en disant qu’il « voilait » et « rabotait » ses phrases. Si j’ai assez rapidement compris le principe du procédé de cryptage, j’ai mis vingt ans à chercher, analyser, comparer le texte avec les faits historiques pour comprendre la signification précise des mots.
     
     
    Le premier volume de votre trilogie a été consacré à la mise en parallèle du texte de Nostradamus avec l’Histoire… Henri Dalsheim : Dans « L’Histoire était déjà écrite », j’explique le procédé de cryptage employé par Nostradamus. Une fois décryptée, une partie de notre Histoire (une période de l’ordre de 450 ans) était ainsi écrite, noir sur blanc. Nostradamus a entre autres exploré la période la plus récente du XXème siècle, que nous venons de traverser. Il a ainsi annoncé des événements que beaucoup d’entre nous ont vécus : Hiroshima et Nagasaki, le procès de Nuremberg, la création de l’État hébreux, la guerre d’Algérie, l’insurrection de Budapest, la guerre du Kippour, la chute du Chah, la guerre Iran-Iraq, la catastrophe de Tchernobyl et j’en passe.
     
    Vous allez publier au mois de janvier, le second volume de votre trilogie. Il est consacré à « La Lettre à Henri », et à « La Lettre à César ». Parlez-nous de ces lettres peu connues…
     
    Henri Dalsheim : Avant de répondre à votre question, je voudrais préciser que dans ce second volume et à l’instar de ce que j’avais déjà fait dans mon premier volume, je reconstitue les phrases que Nostradamus avait conçues dans son esprit avant de les crypter. Cette reconstitution va bien au-delà d’une simple interprétation.  C’est une première !
     
    Je reviens à présent à votre question : « La Lettre à Henri », est la dédicace des centuries 8, 9 et 10 à un certain Henri, futur Roi de France, descendant de Louis XVII. Je n’affirme en aucun cas que ce personnage sera un jour Roi de France…c’est Nostradamus qui l’écrit et c’est encore lui qui dit qu’il descendrait de Louis XVII.
     
    Quant à  « La Lettre à César », elle sert d’introduction à l’œuvre prophétique de Nostradamus. Elle se présente sous la forme d’une lettre adressée à son fils César. Il lui demande dans cette lettre, de transmettre et faire connaître son œuvre prophétique, après sa mort. César a manifestement exaucé les souhaits de son père.
     
    nostra
     
    '' Nostradamus dévoile le proche avenir. Lettres Prémonitoires '' de Henri Dalsheim aux éditions Jérôme Do Bentzinger. « La Lettre à Henri » & « La lettre à César » extraites des Prophéties de Nostradamus
     
    Pourquoi « La lettre à Henri » est-elle si importante ?
     
    Henri Dalsheim : Dans « La Lettre à Henri », nous avons deux parties. La première renferme des généralités sur la vaticination, la seconde donne des prophéties. 
     
    Dans la première partie, Nostradamus explique, entre autres, que son inspiration est d’origine divine. Il révèle les raisons qui l’ont conduit à crypter son texte : il ne voulait pas trop s’exposer. N’oublions pas qu’il avait l’Église sur le dos. Des menaces pesaient sur lui. Autre raison invoquée : Nostradamus ne voulait pas mettre les personnages qui allaient faire l’histoire, dans des situations embarrassantes. Dans cette première partie de la « Lettre à Henri » il nous donne aussi quelques conseils, pour mieux appréhender ses écrits. C’est ainsi qu’il précise que ses prophéties n’intéressent que l’Europe, l’Afrique et une partie de l’Asie.
     
    Les États-Unis sont donc exclus de ses visions.  Ne cherchons pas une quelconque allusion aux attentats du 11 septembre 2001, dans l’œuvre de Nostradamus ! Les États-Unis n’entrent pas dans son champ de prédictions. Enfin, Nostradamus affirme que ses prophéties ont une limite temporelle. Elles se termineront avec la fin de la « grande conflagration mondiale ».
     
    Toujours dans cette première partie de la « Lettre à Henri », Nostradamus suggère à son exégète la manière de s’y prendre pour parvenir à comprendre son principe de cryptage.
     
    Il avait tout prévu ! Il disait que ses versets ne pouvaient pas être compris de son vivant et précisait qu’il fallait que « le temps ait parcouru un certain chemin ».  Il voulait dire par là qu’il fallait préalablement disposer de suffisamment d’événements historiques à mettre en parallèle avec son texte pour être en mesure de comprendre son procédé de cryptage.
     
    Plus de quatre siècles après sa disparition, nous le comprenons enfin et nous sommes prêts à recevoir ses visions.
     
    Les prédictions de quatre siècles d’histoire avaient donc pour but essentiel de nous conduire à comprendre les prophéties relatives au début du IIIème millénaire, lequel devrait être le plus crucial de l’histoire de l’humanité, car tout devrait se jouer au cours de cette période très sombre. Le destin de l’humanité se jouera au XXIème siècle !
     
    La deuxième partie de « La Lettre à Henri » s’articule autour des prophéties. Elle comporte des prédictions historiques et des prédictions pour l’avenir.
     
    Concernant les prédictions historiques, elles s’étendent de Louis XVI à la fin du XXème. Nostradamus nous parle par exemple de Napoléon Ier, de Napoléon III, d’Hitler, de Mussolini, de Charles de Gaulle, de la première et de la seconde guerre mondiale,...  Il donne énormément de détails très pointus sur les événements passés. Leur pertinence est vraiment troublante.
     
    En ce qui concerne notre avenir à nous, hommes et femmes du XXIème siècle, Nostradamus se cantonne dans des considérations moins factuelles et voit les choses plus globalement et de nettement plus haut.
     
    À mon sens, je pense qu’il ne voulait pas nous faire trop peur, mais quand même assez pour nous inciter à plus de sagesse. Il veut manifestement mettre son doigt sur nos errements d’aujourd’hui.  Et il ajoute que le jour où cela nous tombera dessus, nous n’aurons qu’à nous en à prendre à nous.  
     
    Sans entrer dans le détail, Nostradamus évoque un avenir douloureux et sanglant, avec notamment une grande conflagration mondiale.  Mais tout n’est pas noir !  Il développe sur le fait que cette catastrophe sera le grand régulateur de notre monde.
     
    Après cette apocalypse, il voit une paix universelle et le renouveau de notre civilisation. Une nouvelle ère de prospérité s’installera…
     
    Guerre, famine, épidémie...
     
    Henri Dalsheim : Dans la « Lettre à Henri », Nostradamus nous parle d’un affrontement entre l’Occident et le Monde musulman. Ce dernier serait allié à la Russie et à d’autres pays néocommunistes.
     
    La population devrait beaucoup souffrir de l’invasion musulmane. L’Italie et la France seraient en proie à de violents combats. Le détail fera l’objet du troisième volume de ma trilogie.
     
    Quand ces événements vont-ils se produire ?
     
    Henri Dalsheim :  Vous savez, il est très difficile d’interpréter les indications chronologiques données par Nostradamus. Dans les versets historiques, il s’est parfois trompé.  Mais il souligne que s’il devait se tromper dans les dates, les prophéties se produiraient malgré tout, telles que prédites !
     
    Que nous dévoile « La Lettre à César » ?
     
    Henri Dalsheim : « La Lettre à César » est rédigée sous la forme d’une lettre, à l’intention de son fils César. Celui-ci avait un an, quand son père l’a écrite. Cette lettre comporte, elle aussi, deux parties.  La première évoque des généralités sur la vaticination.
     
    Nostradamus explique qu’il a confirmé ses intuitions en utilisant l’astrologie. Il raconte qu’il ne s’adonne jamais à la magie. Il déconseille fortement cette pratique.
     
    Dans cette lettre, Nostradamus révèle que le sens de ses prophéties sera compris lorsque l’Islam dominera le monde.
     
    Dans la seconde partie, il se concentre sur les événements qui vont marquer notre proche avenir. Là, il reste dans un registre général et laisse entendre que nous récolterons ce que nous avons semé : Il voit la guerre, la famine, l’épidémie, la persécution des chrétiens…
     
    Nostradamus dit : « Tout sera anéanti sauf l’histoire et la topographie »
     
    Vous dîtes que Nostradamus exprime sa tristesse, sa désolation. Pourquoi ?
     
    Henri Dalsheim : Dans ces deux lettres, Nostradamus exprime sa tristesse, sa désolation, face aux événements qui attendent l’humanité.
     
    C’est étrange, lui qui n’a jamais exprimé une quelconque émotion, quand il dépeignait les faits marquants et souvent sanglants de notre grande Histoire.
     
    Faut-il craindre le pire ?
     
    Henri Dalsheim : Je crois qu’il ne voulait pas trop nous apeurer.  Il était malheureux de constater que l’être humain courait, tête baissée, vers l’apocalypse…
     
    Je suis un scientifique, neutre, objectif, mais je m’interroge toujours. Je suis toujours stupéfait de voir que pour ce qui concerne les temps historiques, tout est décrit avec tant précision.
     
    Dans les « Lettres prémonitoires », il explique qu’une grande crise économique et la montée de l’islam, seront les prémisses de l’affrontement sanglant entre l’Occident et le monde musulman.
     
    Comme vous tous, je regarde les informations à la télévision, et des images défilent sous mes yeux...…Tout cela m’interpelle. Verrons-nous ce spectacle de désolation de notre vivant, je ne le sais pas, mais les morceaux du puzzle s’assemblent dangereusement…
     
    En résumé, comment situez-vous votre second ouvrage dans votre trilogie ?
     
    Henri Dalsheim :  « La Lettre à César » et « La Lettre à Henri » sont toutes les deux essentielles, car elles constituent une grande fresque des prophéties tant historiques, que pour l’avenir. Elles nous servent de fil d’Ariane pour nous retrouver parmi les versets, car ceux-ci sont classés sans ordre.
     
    Mon second volume, « Lettres prémonitoires », introduit le troisième volume que je suis en train de finaliser. Celui-ci sera consacré à notre avenir proche, mis en lumière par des versets qui entrent vraiment dans le détail des événements. Mais je crois que j’ai encore quelques années pour me concentrer sur ce dernier tome…
     
    Nous ne sommes pas encore au cœur des graves événements prédits par Nostradamus.
     
    Livre : « Lettres prémonitoires ; Nostradamus dévoile le proche avenir », de Henri Dalsheim.  « L’Histoire était déjà écrite ; Nostradamus face au rationalisme », éditions Jérôme do Bentzinger.
     
    *
     
     
    Pin It

  • Commentaires

    1
    egenie2
    Samedi 10 Mars 2012 à 06:34
    merci  du message  moi  qui  n'est pas les librairie en francais     ...j'apprecie .....il y a  peut  de temps moi aussi   j'ai eu le message  etonnant   et cours 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :