• Espace découverte (18)

    L'Espace découverte regroupe des sujets tels --> le poids de l'âme, comment sont baptisées les tempêtes, le cancer , les vibrations des cellules, les enfants indigos, les codex, la radionique, les robots "insectes",test de cosmogonie, le faiseur de pluie, l'égypte (technique), les courants telluriques, Hildegarde de bingen, 2 articles de Raymond Terrasse et le Feng-Shui.

    Espace découverte (10 )

  • Oui, la pleine lune est responsable de vos insomnies

    Depuis des décennies, on l’accuse sans preuve d’être à l’origine de nos nuits troublées… à raison ?

     

    Jusqu’ici, la communauté scientifique était bien divisée. Malgré quelques études jugées peu convaincantes affirmant le contraire, rien ne prouvait que le satellite de la Terre ne venait jouer les trouble-fête pendant notre sommeil. Mais de derniers travaux publiés dans la revue Science Advances viennent de mettre fin au mystère. Selon une équipe de scientifiques de l’Université de Washington aux Etats-Unis, chaque mois, les quelques nuits précédant la pleine Lune, nous nous endormons plus tard, et pour une durée plus courte.

     

    Pendant plusieurs semaines, les scientifiques ont équipé de bracelets électroniques 98 personnes amérindiennes en Argentine avec trois modes de vie différents, certains vivant à la campagne sans électricité, d’autres à la ville avec de l’électricité, ou encore à la campagne mais avec un accès plus limité. Dans les trois configurations, les résultats sont sans appel : l’ensemble des personnes surveillées ont en moyenne enregistré un temps d’endormissement de 30 minutes plus long dans les jours précédant la pleine Lune. Une fois le phénomène passé, ce temps se réduit les jours suivants… avant de repiquer à l’approche de la pleine Lune suivante.

     

    En ville comme à la campagne, elle n’épargne personne

    Selon les scientifiques, cet effet de la Lune sur le sommeil ne serait pas plus faible dans les lieux urbains où la lumière artificielle est déjà présente la nuit. 464 étudiants de Seattle se sont soumis à la même expérience que la communauté amérindienne en Argentine, confirmant que la pleine lune n’épargne personne. Malgré ces observations, les scientifiques sont pour le moment incapables de comprendre les raisons de ce phénomène sur notre sommeil. La Lune n’a pas fini de révéler tous ses secrets…

    Oui, la pleine lune est responsable de vos insomnies

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Jesus Shoes

    Une paire de baskets remplie d'eau bénite, voici l'étonnante nouveauté de Nike avec sa dernière sortie, la Air Max 97, imaginée pas le collectif artistique américain MSCHF. (oct2019)

     

    L'inspiration vient d'absolument partout. Même la religion peut s'avérer être une source d'idées créatives, bien que surprenantes, comme c'est le cas avec la petite nouveauté de Nike, la Air Max 97 MSCHF x INRI Jesus Shoes.

     

    Accessoirisée avec un crucifix aux lacets, cette surprenante paire de baskets possèderait des semelles de soixante centilitres d'eau bénite, provenant du fleuve Jourdain. Sacré pour les pèlerins, le site Jourdain serait le lieu où Jesus-Christ aurait été baptisé. Aujourd'hui encore, le fleuve accueille chaque année des chrétiens du monde entier qui reproduisent cette scène biblique.

    Imaginée par un collectif artistique américain, MSCHF, cette nouvelle paire a pour "objectif" d'inviter ceux qui l'auront en leur possession à "marcher sur l'eau", tel Jesus dans le verset 14:25 de la Bible. Pourquoi cette idée? Daniel Greenberg, directeur de la stratégie du collectif, a expliqué l'origine drôle et étonnante de ce projet au New-York Post.

     

    Nous nous demandions à quoi pourrait ressembler une collaboration avec Jesus-Christ.

    En revanche, si vous êtes croyant et aimez l'idée de vous prendre pour le fils de Dieu, sachez que cette paire en édition limitée -qui a également été bénie- est d'ores et déjà en rupture de stock. Mais si vous êtes prêt à y mettre votre PEL, vous pouvez la trouver en revente pour un peu plus de 2 700€ minimum !

    L'Air Max 97- la basket remplie d'eau bénite !

    source de l'info

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Charles Mallory Hatfield - Le faiseur de pluie

    Hartfield avait une affinité avec l'atmosphère et il fut peut-être le seul humain de son espèce. Il pouvait faire pleuvoir à volonté, simplement en produisant des fumées à partir de réactions chimiques qu'il a gardée pour lui.

     

    Bien entendu, la science officielle affirme que ce n'est que par les méthodes consistant à pulvériser des cristaux à partir d'un avion, qu'on peut faire pleuvoir. Les statisticiens affirment par contre que cette méthode donne des résultats purement au hasard. Les querelles entre savants sont très dures à ce sujet. Hatfield, lui, réussissait à tous les coups, et son histoire mérite d'être reprise dans les détails.

    En 1902, il est représentant voyageur de commerce en machines à coudre. Il n'a jamais fait d'études, mais il lit beaucoup. Très calme et très modeste, il prétendra toujours utiliser des phénomènes naturels qu'il comprend lui même très mal.

    Il fait son premier travail de faiseur de pluie commercial en 1903, près de Los Angeles.

    Il aura rempli en 25 ans 500 contrats à des prix allant de 50 à 10 000 dollars, le prix étant déterminé par ce que le client peut payer sans que ça le lèse. Il n'échouera jamais.

     

    La municipalité de Los Angeles lui demande de remplir le bac de retenue. Pour quatre mille dollars, il obtient 25 cm de pluie au pluviomètre et l'eau dans le bac de retenue monte de six mètres. En le payant, la municipalité fait ce commentaire : " C'est pour rien."

    La rumeur des pouvoir de Hatfield se propage dans le monde entier. En Alaska, les torrents sont à sec en 1906. Les mineurs ne peuvent plus utiliser le procédé classique de lavage pour l'extraction de l'or, qui exige de l'eau. Ils se cotisent et offrent à Hatfield 10 000 dollars d'or.

    Charles Mallory Hatfield - Le faiseur de pluie

    Trente-six heures après que Hatfielf se soit mis en action, la pluie qui les sauvera tombera.

    En 1922 l'Italie est en détresse. Tout le Mezzogiorno est desséché. Hatfield arrive au secours. La pluie tombe , les champs sont sauvé. Tous les bacs de retenue sont remplis. La gloire de Hatfield devient mondiale.

    Dans le désert de Modave, en Californie, il obtiendra au bout de trois heures un mètre de pluie. Cela ne s'était jamais produit. Cela ne se produira jamais après.

    Il mourra le 12 janvier 1958, en Californie. Malgré un demi-siècle de vérifications expérimentales constantes, 2 000 expériences réussies et aucune expérience ratée, la science refusera de croire à sa méthode. A côté d'un tel entêtement, Lavoisier refusant les météorites parce qu'il n'y a pas de pierres dans le ciel est un modèle de crédulité.

    Charles Mallory Hatfield - Le faiseur de pluie

    Hatfield parait avoir eu une affinité avec l'atmosphère et il était le seul parmi les hommes à l'avoir.

    Ce marchand de machines à coudre californien mériterait que la science se penche sur lui. Il est regrettable qu'elle ne l'ait pas fait pendant qu'il était encore vivant.

    Charles Mallory Hatfield - Le faiseur de pluie

    source de l'article

    Extraits de " Visa pour une autre Terre " de Jacques Bergier

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Comment les tempêtes sont-elles baptisées ?

    Le phare de Tévennec dans la tempête, au large du Finistère. — Charles Marion

     

    Xynthia, Lothar, Klaus, Ulla, etc... Quand une tempête se forme en Europe, elle est baptisée par l’Institut météorologique de l’université de Berlin.

     

    Ses membres reprennent par ordre alphabétique une liste établie d’après les propositions de tout un chacun. Depuis 2002, il est possible de déposer un nom sur le site web de l’institution : «Adopt a vortex» («Adoptez une tempête»). 

    Mais plusieurs règles doivent être respectées. Lors des années impaires, seuls des noms masculins sont utilisés, alors que ce sont des noms féminins les années paires. Les noms composés, fantaisistes ou de marques sont interdits. Il faut aussi débourser entre 199 et 299 euros.

    Depuis le 1er janvier, quatorze noms de tempête ont été attribués, dont Marcel, qui a récemment frappé le Sud-Ouest, proposé par un certain Marcel Ziefle. Hors de l’Europe, les centres météo de chaque région du globe nomment eux-mêmes les tempêtes.

    Comment les tempêtes sont-elles baptisées ?

    source de l'article

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Le Pentagone développe des robots-insectes depuis... 70 ans !

    Des documents récemment déclassifiés montrent comment la Darpa, l’agence en charge de nouvelles technologies pour l’armée américaine, est passée maitre dans l’élaboration d’insectes cyborgs.

     

    RÉVÉLATIONS. En juin 2016, à Villepinte (Seine-Saint-Denis), lors d'Eurosatory, le salon international pour l'armement et la sécurité, le laboratoire de recherche de l'armée américaine (Darpa) a présenté son projet d'hélicoptère-insecte (photo dessus): un drone équipé de plusieurs pattes mécanisées, sur le modèle des arthropodes, capable de décoller ou d'atterrir sur des surfaces inclinées, accidentées ou en mouvement, tel le pont d'un bateau voguant sur des eaux agitées ! Pour le Pentagone, ce n'est pas un coup d'essai. Une série de documents récemment déclassifiés montrent, en effet, que des scientifiques de l'armée américaine s'inspirent des papillons, libellules et autres bestioles à des fins d'espionnage… depuis au moins 70 ans !

    Des engins quasiment indétectables et peu coûteux

    Cette somme de 88 pages vient d'être déclassifiée dans le cadre du Freedom of Information Act, loi américaine obligeant les agences fédérales à rendre publiques des informations qui ne compromettent pas la sécurité nationale si un citoyen en fait la demande. La procédure a été initiée par Susan Maret, professeure à l'université d'Etat de San José (Etats-Unis) qui tient un blog très suivi sur les activités secrètes du gouvernement. Ces documents décrivent plusieurs engins mécaniques imitant des insectes (des mouches, par exemple) ou de petits mammifères (comme des chauves-souris), capables d'effectuer des vols de reconnaissance derrière les lignes ennemies ou en zones urbaines. L'intérêt de telles machines est qu'elles sont " difficiles à détecter ", " relativement peu coûteuses ", " remplaçables ", et " faciles contrôler ", précise un rapport de la Darpa. Un autre document fait référence à des " expériences clés conduites dans les années 1940 ", avant la création de la Darpa (en 1958), qui bénéficie aujourd'hui d'un budget annuel de 3,2 milliards de dollars.

    Le document le plus récent date de 2008. Il fait état de recherches menées par la Darpa et l'université Cornell, au nord-est des Etats-Unis, et montre que l'agence américaine ne s'attache plus seulement à imiter des animaux pour des missions d'espionnage mais à intégrer aussi des systèmes bioélectroniques dans des organismes vivants ! On apprend ainsi que des puces reproduisant des jonctions neuromusculaires ont été implantées sur des chrysalides de papillons de nuit, avant leur métamorphose, afin de contrôler leurs mouvements ! Aucun mot, bien sûr, sur le succès de ces expériences, ni sur leur éventuelle utilisation…

    Le Pentagone développe des robots-insectes depuis... 70 ans !

    source de l'article

    Partager via Gmail Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique