• Des bases extraterrestres sur la lune ?

    02

     

    En 1974, j'ai eu la chance ( l'auteur ) de pouvoir rentrer en contact avec Maurice Chatelain au sujet des missions Apollo.

    Né à Paris, il a habité en Californie depuis 1955 et est spécialiste de l'informatique et des communications dans l'espace. Il a participé pendant vingt ans à la plupart des programmes américains de recherches spatiale et faisant partie de l'équipe de la NASA qui conçut et réalisa la capsule Apollo qui réussit à se poser six fois sur la Lune. Il a toujours pensé qu'il existe d'autres civilisations dans l'espace et des bases lunaires; le contact avec la NASA après tant d'années et les secrets de cette dernière ne pouvant laisser aucun doute pour lui. De nombreux ouvrages ont été publiés en quatre langues et en six éditions différentes. Maurice Chatelain est décédé dans les années 90 et nous a laisser des documents importants.

    Je relate aujourd'hui quelques révélations qu'il a bien voulu nous laisser.

    Il se produit un incident étrange alors que les astronautes arrivaient à proximité de la Lune. Ils entendirent soudain dans leur radio des sons bizarres qui ressemblaient tour à tour à un sifflet de train, à une sirène de pompier, ou à une scie mécanique. Cependant, ces sons étaient modulés et avaient vaguement l'air de messages codés. Il y avait certainement un ovni ou deux dans le voisinage de l'Apollo mais les astronautes n'en parlent pas. Cela ne veut d'ailleurs rien dire, car il est maintenant à peu près certain que la bande magnétique de ce voyage historique sur la Lune a été coupée à plusieurs endroits, chaque fois qu'il était question d'objets non identifié. Le bruit courut même à l'époque que plusieurs amateurs radio avaient capté avec leur matériel personnel la conversation des astronautes sur la Lune.

     

    03
     

    D'après ces amateurs, Neil Armstrong et Buzz Aldrin auraient été surveillés pendant toute la durée de leur séjour sur la Lune. Difficile de vérifier, mais Maurice Chatelain rappelle que les conversations des astronautes qui nous étaient transmise à la télévision étaient souvent coupées pendant plusieurs minutes et une grande partie du dialogue entre Houston et les astronautes avait été supprimé ! Pourquoi ? La NASA n'avait aucune raison de nous cacher ce qui se passait sur la Lune, alors que le monde entier était à l'écoute. De toute manière, il semble possible de dire que toutes les missions Apollo ont aperçu des OVNI de près ou de loin, sur la terre ou sur la Lune ou même entre les deux. Il apparaît même possible qu’une civilisation extraterrestres se soit déjà installée en permanence sur la Lune, comme certains investigateurs le prétendent, en France et à l’étranger depuis plusieurs années. Cependant, à part les incidents des missions Apollo dont ils ne sont peut-être pas responsables directement, il ne semble pas que ces visiteurs de l’'espace est une attitude hostile à l’'égard de la race humaine. Il existe des quantités d’'exemples de rencontres terrestres qui prouvent qu’ils ne le sont pas, en tout cas pour cette catégorie là.

     

    04
     

    Voyons maintenant ce que nous ont appris les quatre-cents kilos de cailloux rapportés de la Lune par les astronautes américains. La première surprise a été de découvrir que la Lune est très riche en Titanium, métal relativement rare sur Terre, où les minerais les plus riches en contiennent dix fois moins que ceux de la Lune. Les roches lunaires contiennent également un pourcentage important de Beryllium et de Ziconium, qui sont assez rares sur la Terre. Tous ces éléments ont une température de fusion très élevée qui suggère une origine volcanique. Le Titanium en particulier est un métal idéal pour les avions supersoniques et les capsules spatiales de retour dans l’'atmosphère. Une autre découverte incroyable est le fait que, dans les échantillons rapportés par Apollo 11, le sable est d'’un milliard d’années plus âgé que les roches qui ont été trouvées à côté. Ce qui semble indiquer que la Lune a toujours été bombardée par des météores venus du fond de l’'espace. D’'autre part, on avait toujours pensé que la Lune n’'avait pas de champ magnétique propre, d'’abord parce que, sa densité étant beaucoup plus faible que celle de la Terre, elle ne pouvait avoir un noyau de fer et de nickel comme celle-ci, et ensuite parce que les astronautes en orbite autour de la Lune n’'avaient jamais pu détecter un champ magnétique quelconque avec leurs instruments pourtant très sensibles. Or tous les échantillons rapportés de la Lune possèdent un champ magnétique fossile rémanent, ce qui indique que, si la Lune n’a pas de champ magnétique propre, elle a dû passer dans l’'espace avant d’'arriver autour de la Terre, à travers un champ magnétique très puissant qui aurait laissé son empreinte dans les roches de la surface lunaire. (Certains pensent même que la Lune serait un astre artificiel creux !) Cela détruit la théorie d’'une origine solaire ou terrestre de la Lune et renforce au contraire la théorie de son origine cosmique et de sa capture éventuelle par la Terre, qui nous est racontée par de nombreuses légendes très anciennes et suggérée par le calendrier hiéroglyphique de Tiahuanaco. Mais la découverte la plus fantastique faite par Apollo est le fait qu’'il y a de l’'eau sur la Lune, contrairement à ce que l’'on avait toujours pensé jusqu'ici. Les trois premières missions qui avaient débarqué sur la Lune n’'y avaient trouvé trace d’'eau ni même d’'oxydes prouvant qu’'il y en avait eu auparavant. La NASA avait donc déclaré qu’'il n’'y avait pas d’'eau sur la Lune. Cependant, les missions Apollo 12 et 14 avaient laissé sur la Lune deux instruments SIDE ou Superthermal Ion Detector, qui étaient chargés d’'analyser l’'atmosphère lunaire, si faible soit-elle, et d’'en transmettre la composition à la Terre par radio.

    Et, un beau jour, ces deux instruments, qui étaient à deux cents kilomètres l'’un de l’'autre, indiquèrent en même temps et pendant quatorze heures de suite, la présence de vapeur d’'eau dans l’'atmosphère lunaire ; sans doute en provenance de l’'intérieur, soit à travers une fissure causée par un tremblement de Lune, soit à la suite d’'une éruption volcanique. Il est facile d'’imaginer la sensation provoquée dans les milieux scientifiques par l’'annonce d'’une telle découverte, ou la tête des pontes de la NASA qui firent tout ce qu'’ils purent pour étouffer l’'affaire. Et ceci d’'autant plus que la mission Apollo 15 n’'avait pas réussi non plus à trouver sur la Lune des traces d'’eau ou même d’'oxygène et d’'hydrogène prouvant qu'’il devait y en avoir eu auparavant. C’est à ce moment-là qu'’un officiel de la NASA déclara que les missions Apollo sur la Lune avaient apporté des réponses pour lesquelles nous n’'avions pas encore trouvé les questions.

    C’est alors que le coup de théâtre se produit. En analisant les cailloux rapportés par Apollo 16, on s'aperçut qu'’ils contenaient de l’'oxyde de fer. Or pour oxyder du fer, il faut de l’'eau, ou tout au moins de l’'oxygène et de l'’hydrogène avec lesquels on peut en faire. La NASA se débattit désespérément pour essayer de sauver sa théorie de Lune sans eau mais les faits étaient là. Les roches furent analysées dans les laboratoires de plusieurs universités célèbres, dont celle de Yale et de Cambridge, et les résultats furent nets et définitifs. Il y avait de la rouille sur la Lune et il devait par conséquent y avoir du fer et de l’'eau. Mais cette eau doit se trouver à l'’intérieur de la Lune où il ne sera sans doute pas facile d’'aller la chercher. On sait d’'ailleurs que les astronomes ont aperçu sur la Lune et depuis très longtemps, des choses étranges qui pourraient y indiquer la présence d’'eau et d’'oxygène, et peut-être même de la vie animale ou végétale si vous comprenez ce que je veux dire… En mars 1587, un astronome anglais y aperçu un point très brillant dans la partie obscure, en plein milieu, entre les deux pointes de la partie visible. Le même point brillant fut aperçu au même endroit en novembre 1668 par un autre astronome.

     

    05
     

     Ce fut ensuite le célèbre astronome Herschel qui aperçut en 1783 de brillantes lumières au milieu de la Lune pendant une éclipse de Soleil. Il les aperçut de nouveau en 1787 et 1821 et annonca que certains de ces points semblaient se déplacer au-dessus de la surface lunaire. Ces mêmes points lumineux furent aperçus ensuite en 1847 et 1867 par d’'autres astronomes. Ce fut cependant en 1869 que l’'on observa le plus grand nombre de ces points lumineux sur la Lune ; et cela dans la Mare Crisium dont nous parlerons plus loin. Plusieurs astronomes en virent alors des quantités qui se déplaçaient au-dessus de la surface en formations circulaires, triangulaires ou rectilignes, comme obéissant aux ordres d’'un chef d’'escadrille. Le même phénomène fut observé le 13 mai 1870 dans le cratère Platon où des groupes de points lumineux, variant de quatre à vingt-huit, se déplaçaient au-dessus de la surface lunaire avec des allumages et des extinctions en succession rapide qui faisaient penser à la transmission d’'un message lumineux codé semblable à ceux que l’'on utilise dans la marine pour communiquer entre deux navires.

     

    06
     

    On apprit alors que le 7 août 1869, vingt minutes avant le commencement d'’une éclipse de Soleil, l’'astronome américain Swift avait observé plusieurs objets lumineux qui traversaient le disque obscur de la Lune en suivant des lignes parallèles comme s’ils volaient en formation. En 1874, l’'astronome français Lamey aperçu, de nombreux points noirs qui traversaient le disque lunaire en formation parfaite. Des observations semblables furent faites en 1892 par l’'astronome hollandais Muller, en 1896 par l’'astronome américain Brooks, et au cours des années suivantes par d’'autres astronomes, mais il serait fastidieux de les citer toutes ici. C’'est cependant en 1953 que fut faite l’'observation la plus étrange. Le 29 juillet de cette année-là, un journaliste scientifique américain observait la Lune avec un télescope, de fort diamètre lorsqu'’il aperçut un énorme pont d’une vingtaine de kilomètres de long au nord de la Mer des Crises.

    Il s’'empressa d’'annoncer sa découverte aux astronomes officiels qui le prirent pour un fou, mais sa réputation fut sauvée par le célèbre astronome Wilkins qui avait pris la peine de vérifier lui-même, et qui devait lui, aussi, observé cet énorme pont entre deux collines qui bordaient la Mer des Crises des photos furent prises. L’'astronome anglais Moore aperçut le pont, lui aussi, mais comme Wilkins, il pensa qu'’il pourrait avoir une origine naturelle, bien qu'’il n’'y ait sur la Lune, ni vents, ni rivières pour sculpter et bien que ce pont n’'ait jamais été observé auparavant. Un autre astronome réussit même à voir la lumière du Soleil passer en dessous du pont qui semblait avoir une forme géométrique parfaite et ne pouvait par conséquent avoir une origine naturelle. Actuellement le pont a disparu !

    Les astronomes anglais ont également observé sur la Lune des dômes lumineux ayant jusqu’'à deux cents mètres de diamètres et auquels il semble difficile d’'attribuer une origine naturelle. Le premier de ces dômes fut observé le 26 septembre 1953 par Wilkins et Thornton et ce qui est inquiétant, c’'est qu'’on en voit de plus en plus et qu’'on en a compté plus de deux cents sans arriver à déterminer s’'ils sont d’'origine naturelle ou artificielle. Ces dômes ont été aperçu et photographier par les astronautes des missions Apollo 16 et 17 qui n’'ont pas réussi, non plus, à savoir de quoi ils étaient faits ; mais ils ont remarqué qu’'ils étaient transparents et d’'une couleur différente de celle du sol environnant. Les astronautes américains ont observé en orbite des constructions géométriques rectangulaires qui n’'ont certainement pas une origine naturelle. (Dossier NASA). Des constructions semblables avaient d’'ailleurs déjà été photographiées par les Russes sur le bord occidental de la Mer de la Tranquillité, à l’'aide de satellites orbitals lunaires.

    Mais tout le monde avait pensé que les photos russes devaient certainement être truquées ! Et cependant, ces photos montraient huits menhirs géométriquement disposés qui, d’'après les ombres projetées sur le sol lunaire, semblaient avoir au moins six mètres de diamètre et vingt mètres de hauteur. Elles montraient aussi une sorte d’'obélisque isolé qui paraissait avoir près de soixante mètres de hauteur et projetait sur le sol une ombre gigantesque semblable à celle du monument dédié à G. Washington dans la ville du même nom. D’'autres photos, prises par un satellite russe le 4 février 1966 en survolant l’'Océan des Tempêtes montraient d’'autres menhirs pointus et géométriquement disposés qui semblaient avoir une cinquantaine de mètres de hauteur et qui, comme les précédents, étaient d’'une couleur beaucoup plus claire que le terrain environnant.

    Ce qui semblait indiquer qu’'ils n’'avaient pas toujours été là et qu’ils n’'y étaient sans doute venus tout seul. Les astronautes américains ont également aperçu en orbite des pyramides très pointues ressemblant à des clochers d’églises, qui étaient disposées de façon géométrique et à côté d’'un immense rectangle de couleur plus claire que celle du terrain environnant. Cela fait immédiatement penser à la Grande Pyramide et à l’'esplanade située au pied de sa face nord, sur laquelle l’'ombre de sa pointe se déplaçait rapidement, avec des longueurs et des vitesses angulaires différentes suivant les heures, les jours et les saisons.

     

    07
     

    Au cours de la mission Apollo 16, les astronautes aperçurent au cours de leur descente sur la Lune, des blocs de pierres bien taillés et alignés du sud-ouest au nord-est qui devaient sans doute être destinés à effectuer des observations astronomiques; peut-être sur les mouvements apparents de la Terre, comme nous le faisons nous même pour observer les mouvements apparents de la Lune et comme le faisaient déjà les Egyptiens, il y a des milliers d’'années. Je n'’irai pas jusqu'’à prétendre que les Egyptiens sont allés sur la Lune, mais il se pourrait très bien que les Sélénites soient venus visiter ceux-ci il y a très longtemps.

    C'’est sur cette pensée réconfortante et pleine de promesses d’avenir que nous terminerons cette revue des expéditions lunaires et des révélations fantastiques qu’elles nous ont apportés sur nos voisins de l’'espace. Qui oserait nier en bloc, après cela, le sérieux des interprétations de vues aériennes ou spatiales. Pour notre sujet présent, celui d’'une éventuelle « présence » sur la Lune, je forme d’'ailleurs le souhait de voir le plus grand nombre de personnes se pencher sur ces énigmatiques images. Car il y aurait, de toute évidence, un grand intérêt à confronter les diverses interprétations. Et qui sait s’'il ne se découvrirait pas, dans le lot quelques observateurs surdoués, de véritables visionnaires de ces ombres et lumières ! Rien de plus facile que d’'essayer, si le cœoeur vous en dit. N'’importe qui peut se procurer des bons tirages photos de la NASA à l’'adresse suivante :

    Space Photographe Post Office Box 486 Bladensburg, Maryland 20710 (ETATS UNIS).

    Sur certains clichés de la NASA on parvient même à distinguer des coupoles transparentes. Quelle interprétation donner à ces éléments d'’informations si chichement distribués ? On peut songer à une civilisation lunaire bien antérieure à toute civilisation terrestre, vu qu'’il semble définitivement prouvé, à présent, que la Lune est plus ancienne que la Terre. Mais ne peut-on envisager aussi l'’hypothèse d'’extraterrestres venus d’'une planète lointaine et qui se serviraient de la Lune comme station-relais ? N’'oublions pas que des astronautes ont parlé, aussi d'’objets volants non identifiés qui les ont suivis sur une partie plus ou moins longue des divers trajets.

    Mais, sur ces rencontres encore, la NASA a jeté son voile étouffant de silence. Si ces responsables se décidaient à parler, quel retentissement connaîtraient leurs révélations ! Et quelle étape fabuleuse serait franchie, soudainement, dans notre connaissance de l’'Univers !

     

    d'autres photos d'anomalies lunaires et martiennes ici !

    *

    LA TAVERNE DE L'ETRANGE- 14 SEPTEMBRE 2007

     

    Des bases extraterrestres sur la lune ? 


     

    Pin It

  • Commentaires

    1
    visiteur_Top
    Vendredi 14 Septembre 2007 à 18:19
    La NASA a tout inter??e pas d?iler ce qui se trame r?lement sur la lune. Car on ne sait pas comment la population mondiale va r?ir si on lui annonce cette nouvelle.
    2
    Awac
    Vendredi 14 Septembre 2007 à 21:36
    Pourquoi ? POURQUOI ??!!
    Pourquoi nous le cache t'on ?
    On a le droit de savoir !!

    Merci encore Tyron29 pour ce fabuleux article ;) !!
    3
    visiteur_boulal
    Vendredi 15 Août 2008 à 20:44
    il







    IL YA DES STRUCTURE SUR TITAN LA LUNE MARS TOUTE CEST PLANETE SON HABITER PAR DES OVNI.









    ya des structure sur titan la lune mars.
    4
    visiteur_HBK
    Vendredi 5 Septembre 2008 à 20:01
    Personellement,je vois rien sur les photos(appart les astronautes),et toutes ces affirmations ne tiennent pas debout;pour ?ter de m'?ndre je ne saurais conseiller le tr?bon site:Les OVNIs vus de pr?o?ut cela est exactement analys?ans la rubrique UFOstupid.
    Gardez l'oeil ouvert(et le bon).
    5
    Wyclif
    Lundi 24 Novembre 2008 à 21:25
    Bonjour pour avoir les tirage il faut envoyer un courrier a l'adresse indiquer ?
    merci de me r?ndre cela fait un moment que je penche sur ses myst?, mais sans support visuel propre .
    6
    serguei
    Lundi 21 Mai 2012 à 17:34
    absolument reel,des etres aeriens tombent lentement sans parachutes,vus de mes yeux dans le departement de haute garonne
    7
    JABBA DESILIJIC TIUR
    Mardi 16 Décembre 2014 à 19:40
    Arrêtez de fumer la moquette misérables insectes, il y a plus rien sur votre lune. Le ménage a été fait. Même le plus crétin des wookies, n'en voudrait pas de cette planète poubelle qui vous sert de terre.
      • Tyron29 Profil de Tyron29
        Mardi 16 Décembre 2014 à 21:42
        Autant embrasser un wookie mais je peux t'arranger ça !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :