• ALIEN, LE 8 ème PASSAGER

     

    Alien1
     

    Alien (auparavant traduit par Alien, Le huitième passager), est un film britannique réalisé par Ridley Scott, sorti en 1979. C'est le premier film de la saga d'Alien. L'accroche du film est « Dans l'espace, personne ne vous entend(ra) crier ».

     

    -L'histoire du film-

     

    Alien3
     

     Le Nostromo, vaisseau de commerce emportant un équipage de sept personnes, fait route vers la Terre chargé d'une cargaison de minerais. À la moitié du voyage, il doit interrompre sa course pour répondre à un mystérieux message provenant d'une planète inexplorée. Après un atterrissage périlleux, l'équipage découvre les restes d'un gigantesque vaisseau extraterrestre dont l'unique passager, le pilote, semble avoir été tué dans d'étranges circonstances.

    Alien2

    Explorant plus avant les soutes du vaisseau, l'un des membres de l'équipe, Kane, découvre une sorte de caverne remplie d'œoeufs et, voulant en inspecter un, se fait agresser par la créature arachnéenne qu'il contenait. Cette créature s'agrippe au visage de Kane qui est ramené inanimé au Nostromo de toute urgence… Une fois revenu à bord, il est placé en quarantaine avec le parasite toujours accroché à son visage : heureusement, au bout de quelques heures, ce dernier se détache et Kane revient à lui. Mais lors du repas qui suit son rétablissement, Kane est soudainement pris de convulsions violentes et sa cage thoracique explose, libérant un monstre qui menacera tout l'équipage... Tour à tour, les membres seront tués. Jusqu'au dernier ?

    Alien6

     

    -Anecdote autour du film-

    L'ordinateur du Nostromo est dénommé Maman (Mother en version anglophone). Un certain nombre de matériaux graphiques de H.R. Giger utilisés dans ce film sont des recyclages du projet avorté de Dune par Alexandro Jodorowsky. Nostromo est le nom d'un chef-d'œuvre de Joseph Conrad. La maquette utilisée pour filmer le vaisseau lorsque celui-ci se déplace dans l'espace mesurait plus de 2m40 de long. Quant aux décors intérieurs, ils furent réalisés aux studios Shepperton. Ce film reprend les grandes lignes de Terrore nello spazio (1965) de Mario Bava. L'idée du film repose sur Dark Star, premier film de John Carpenter, qui est son projet de fin d'étude. Le co-scénariste et acteur de ce film, Dan O'Bannon, participera quelques années plus tard à la rédaction du scénario d'Alien. À noter que le principe même du film repose sur une légende antique, celle du Minotaure.

    Alien7

    Le personnage de Ripley était un homme à l'origine. Meryl Streep avait été approchée pour interpréter Ripley. C'est Veronica Cartwright qui devait interpréter le rôle de Ripley à l'origine mais c'est Sigourney Weaver qui fut finalement retenue par les producteurs car son physique était plus androgyne. Un lien inattendu et discret a été créé par Arthur C. Clarke entre Alien et 2010. Le lecteur curieux le trouvera au Chapitre III-18, Le sauvetage. C'est l'artiste d'origine suisse H.R. Giger qui a réalisé seul le design de la créature, considérée aujourd'hui comme une oeuvre d'art. La maquette a été conçue avec de vrais ossements assemblés à de la plasticine sur des tuyaux et des pièces de moteur. C'est ce qu'il appelle la biomécanique. Il n'est pas crédité au générique. En psychanalyse, on peut identifier l'Alien au ça (la pulsion animale) et l'ordinateur — Maman — au surmoi (l'interdit, la loi). Le Nostromo, tiraillé entre les deux, mais les englobant tous à la fois, représenterait peut-être le moi. Une version Director's Cut est sortie au cinéma en 2003 (puis en DVD). Elle ne présente que de légères différences avec l’œuvre originelle : certains plans ont été élagués afin d’améliorer le rythme. Par ailleurs, deux scènes ont été ajoutées : une dispute entre Lambert et Ripley et la découverte du capitaine Dallas enfermé dans un cocon. Dans la version Director's Cut, on apprend que Ridley Scott souhaitait que les acteurs ne soient pas au courant de ce qui allait se passer lorsque l'Alien sort du ventre de Kane (excepté pour l'acteur qui interprête Kane). Il voulait voir sur leurs visages la stupeur et l'angoisse devant cette situation.

    -la créature-

    Alien9

    Le succès du film et de ceux qui suivront tient en grande partie à l'Alien, le monstre de la saga. Il est intéressant de noter qu'on le voit peu dans le premier opus ce qui le rend encore plus inquiétant et menaçant. Son système de reproduction et les différentes phases par lesquelles il passe, avant d'atteindre son « stade » adulte, sont un des points forts de la mythologie de la série : tout commence par des oeufs pondus par une reine desquels jaillissent des parasites arachnéens qui s'agrippent à la face d'un être passant à proximité. Ils pondent alors à l'intérieur du corps de la victime puis se détachent et après un court laps de temps, l'embryon implanté perfore violemment la cage thoracique de son hôte pour s'échapper. L'alien peut alors grandir à sa guise. Il est intéressant de noter que selon l'hôte qui l'a porté, l'alien aura une morphologie différente : humanoïde le plus souvent mais aussi animal comme dans Alien³ où le monstre, sorti d'un chien, marche à quatre pattes (il existe cependant deux versions de cette "naissance", voir l'article Alien³ pour plus de détail), dans Alien vs Predator à la fin du film, on voit un prédator mort soudain on voit son sang vert fluo gicler et un Mi-Alien Mi-Predator en sort.

    Alien8

     L'alien a un physique très particulier qui, sur de nombreux points, possède un aspect phallique : son crâne allongé tout d'abord puis sa « langue », organe massif et puissant, avec lequel il perfore le corps de ses victimes et au bout duquel se situe une seconde bouche et enfin une longue queue dont il se sert de l’extrémité acérée comme d'une lance. Son système de défense comprend une sorte de carapace épaisse ainsi qu'une particularité génétique efficace : son sang, extrêmement acide, ronge le métal et brûle l'épiderme de ceux qui l'attaquent, rendant ainsi toute blessure infligée dangereuse pour son auteur. Au fil des différents films, le monstre gardera à peu de choses près le même aspect. On notera cependant dans chaque épisode un alien particulier : une reine puissante et massive dans le second, un alien animal dans le troisième et un alien mi-homme mi-monstre dans le dernier épisode.

    -HR GIGER-

    Alien5

    Hans Ruedi (à l'origine Rudolf) Giger (né à Coire, Suisse le 5 février 1940) est un plasticien, graphiste, illustrateur, sculpteur et designer suisse. Il se passionne très jeune pour la création fantastique et surréaliste et entame des études d'architecture et de dessin industriel à Zurich. Après un emploi de décorateur d'intérieur, il devient artiste à temps plein et se lance dans le cinéma en réalisant divers courts métrages documentaires. Il continue parallèlement de dessiner ses étranges visions fantasmagoriques et cauchemardesques mêlant l'organique et la mécanique et signe des œuvres mutantes à la frontière des deux mondes. Cette nouvelle forme d'art sera nommée par lui-même la biomécanique. Giger était un ami personnel de Timothy Leary.

    Alien10

    Il existe un musée H.R. Giger dans le bourg médiéval de Gruyères en Suisse en face duquel un café est entièrement décoré de sculptures biomécaniques (sièges, bar, voûte).

    Alien11

    Le bar, visible à Gruyères, se trouve à côté du Muséum HR GIGER. L’'inauguration eu lieu en 2003 après 3 années d’'efforts de part la complexité des structures internes et diverses. Le plafond, d’'une hauteur de 5 m, donne l'’impression d'’espace et d’'être à l'’intérieur du vaisseau alien dans le 1er film (Alien, le 8 ème passager).

    Alien12

    J'’y suis passé à deux reprises déjà et je ne m'’en lasse pas. Nous sommes toujours bien reçus à chaque fois par le responsable des lieux, personnage atypique et sympa, d'’ailleurs je lui ai demandé si il n’'était pas apparenter au maître tant je lui trouvais une ressemblance mais il m’'avoua que non. Toujours est-il qu'’à l’intérieur l’'atmosphère qui y règne est surréaliste ; la musique, l’'ambiance, les décors, bref il faut y aller pour s’'en rendre compte !

    Alien13

    Vince, membre de l'équipe taverne.

    Ici l’'on peut voir la spécialité maison avec ou sans alcool, l’'alien coffee, servit sur un plateau en bois ou chaque instrument à sa place gravée ; il y a le café, les deux pots de double crème fraîche de Gruyères, l’'assiette de meringues et sa liqueur chartreuse verte (offerte ce jour-là) à base de plantes. L'’équipe s'’est régalée avant de reprendre la route vers la France.

    Alien14

    L'équipe (une partie) devant le Muséum HR Giger.

    Alien15

     

    Giger a participé également à la création de jeux vidéo avec Darkseed 1 et 2.

    Il est approché, en 1975, pour travailler sur le projet d'adaptation de Dune par Alejandro Jodorowsky pour lequel il conçoit l'’environnement des Harkonnen. Il y travaille jusqu’'en 1977, année où le projet est abandonné, les financiers s’'étant retirés — ses travaux conceptuels sont cependant visibles dans ses livres. Son travail ayant été remarqué, il est engagé pour créer la créature et le vaisseau étranger d’'Alien - Le huitième passager. Il partage l’'Oscar 1980 des effets spéciaux pour ce film. Les 2 premiers épisodes de la série Alien ont connu un grand succès au cinéma. Giger n’'a cependant pas été contacté pour aucun autre film après le premier. Dans Alien 3 ou Alien, la résurrection, sa conception originelle ne se retrouve d’'ailleurs pratiquement plus à l’'écran : les créatures n'y ont jamais été aussi “organiques”, oubliant quelque peu la “biomécanique” du premier film, pourtant concept novateur et fondamental. La participation de Giger à d’'autres films se limite à Poltergeist 2 (1984), sur lequel il ne parvint pas à imposer la démesure macabre conçue pour une scène d’'invocation spectrale. Il travailla aussi sur une créature dont le résultat à l'’écran laisse présager de ce que l’'artiste avait prévu, quoique fugitivement.

    Alien4

    Même chose pour La Mutante (Species - 1995) où la fin du film lui a échappé, des images de synthèse, trop graphiques et “propres” prenant le dessus. Une entité matricielle et meurtrière, où le gore s’allie à ses obsessions ésotériques, a contribué au succès relatif du film. Giger s’est investi encore dans Death Star et Hellraiser in Space, produisant de nombreux dessins et peintures, finalement non portés à l’'écran. Le groupe Emerson, Lake & Palmer (ELP) lui commande la pochette de l'album Brain Salad Surgery en 1973. Il travaille aussi sur les pochettes de plusieurs autres disques comme l'album solo KooKoo de Deborah Harry (Blondie), Attahk de Magma, Pictures du groupe suisse Island et le poster accompagnant le Frankenchrist des Dead Kennedys. Il a aussi conçu le pied de micro pour Jonathan Davis chanteur du groupe KoRn. Ainsi qu'une pochette de disque pour le groupe de métal suisse Celtic Frost et une autre pour le groupe de Death Metal brittanique Carcass. En 1985, il conçoit la machine à faire la pluie dans le clip "Cloudbusting" de Kate Bush, où Donald Sutherland tient le rôle principal. C'est lui qui a crée les décors de scène du Mylenium Tour (1999-2000), la troisième tournée de la chanteuse française Mylène Farmer. Le décor était la statue de la déesse Isis.

    Aura2

    la taverne de l'étrange- 21 décembre 2007 (mise à jour le 8 avril 2013)

    Tyron

    http://pserve.club.fr/alien.html

    http://michalovski.free.fr/index.html

     


     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  •  

    wise1
    Le jour où la terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still)

     film américain réalisé par Robert Wise, sorti en 1951.

    wise0

     

    Un mystérieux engin volant à une vitesse incroyable est entré dans l'atmosphère terrestre, parcourant de nombreux continents, il finit par atterrir dans un parc de Washington aux États-Unis. Un extra-terrestre descend de la soucoupe et demande à rencontrer le chef terrien. Des militaires soupçonneux lui tirent dessus, l'extra-terrestre est en fait un être ressemblant traits pour traits aux terriens et celui-ci est blessé. Un robot descend alors de la soucoupe à l'air beaucoup moins sympathique et détruit toutes les armes des militaires avant de se poster devant la soucoupe.

    wise2

     Klaatu, l'extra-terrestre est quant à lui emmené dans un hôpital pour y être soigné. Vite rétabli, à la stupeur des médecins il décide d'employer des méthodes plus démonstratives pour montrer sa supériorité et espérer rencontrer les grands responsables de la Terre pour leur transmettre le message dont il est porteur. Pour cela, il va devenir un humain comme les autres et côtoyer les terriens de plus près. Sur les conseils d'un professeur, dont il est devenu l'ami, il va arrêter toute énergie sur Terre pendant une demi-heure (sauf les hôpitaux)... Sa démonstration a été convaincante, mais il est maintenant recherché activement par la police et les militaires qui vont finir par le tuer. Son robot Gort viendra à son secours et lui redonnera la vie... Juste le temps pour lui de délivrer son message de paix aux habitants de la terre qu'il met en garde contre l'utilisation de la puissance atomique et des risques que la Terre peut faire encourir à l'équilibre précieux de tout l'univers.

    wise3

    Klaatu barada nikto, célèbre phrase de Michael Rennie à Gort, son robot, reste dans nos mémoires. Ce film est l'un des premiers, à contre-courant total avec son époque, à mettre en scène un extraterrestre venu avec des intentions pacifiques. Demande du public en effets spéciaux (nommés alors plus simplement « truquages ») oblige, un malentendu venant d'une initiative catastrophique d'un soldat déclenchera une destruction sauvage des armes terriennes par un robot, bien entendu invulnérable. Le film se termine bien : malgré sa puissance le robot ne détruira pas la Terre car Klaatu a appris a apprécier les humains. Contrairement aux films de cette période, comme par exemple Les Envahisseurs de la planète rouge de William Cameron Menzies, les visiteurs du Jour où la terre s'arrêta ont des visions beaucoup plus pacifiques.

    wise4

    Klaatu, l'extraterrestre qui descend de la soucoupe volante posée en plein coeœur de Washington, est venu pour mettre les hommes en garde contre l'arme atomique. L'équilibre de l'univers est en jeu et dans cet ensemble harmonieux, la Terre et la race humaine font figure d'enfants jouant avec des allumettes. L'accueil des humains est loin d'être amical. Pour échapper à une chasse à l'extra-terrestre organisée par l'armée et les autorités locales, Klaatu se fond dans la masse des hommes pour mieux en connaître leurs pensées. Constatant le refus de dialoguer que lui opposent les autorités terriennes, Klaatu décide alors que la seule façon d'obtenir l'attention des habitants de Terre est de leur faire une démonstration de sa supériorité. Avant son départ, il lancera un dernier avertissement : "Les gens des autres planètes n'ont pas l'intention d'intervenir dans vos affaires. J'étais venu en messager de paix. Vous ne m'avez pas compris. Je retourne vers mon peuple en vous disant que si vous aggravez, par de nouvelles expériences atomiques, le danger qui pèse sur l'univers, nous n'hésiterons pas à vous détruire." Par l'intermédiaire d'un film de science-fiction à la facture traditionnelle, Robert Wise envoie lui aussi un message à la bonne conscience de l'Américain moyen. La critique est d'autant plus forte que le style est réaliste. Les effets spéciaux sont limités au strict nécessaire : une soucoupe volante, un robot, même l'extra-terrestre à figure humaine.

    wise5

    Le cinéaste nous fait une description quasi documentaire de la société américaine : Robert Wise a déjà abordé des problèmes épineux au cœur de l'actualité comme l'abolition de l'esclavage, la violence ou la lutte contre le totalitarisme. Après Klaatu, les films d'extra-terrestres seront divisés en deux clans : les invasions de martiens sanguinaires et totalitaires ou les visiteurs jetant un regard complaisant sur notre civilisation ! Certains verront même dans le film, une représentation moderne et allégorique du Christ. Klaatu est l'archétype de Jésus recherchant la vérité humaine. Les parallèles avec l'histoire messianique sont nombreux : il vient du ciel, se mêle aux hommes sous le nom de Carpenter (charpentier), se heurte à leur incompréhension, meurt et renaît pour les sauver. Philosophiquement, le film est un regard magistral sur les bons et les mauvais côtés de la nature humaine qui peut, avec la science, engendrer aussi bien les découvertes bienfaisantes que le plus terrible des cataclysmes. L'histoire montre cet étranger, semblable aux humains par sa forme, errer dans les rues de Washington D.C. découvrant les progrès de l'homme et les entraves qui existent pour leur progression. Il est sûr que cette vision humaniste des extra-terrestres ne peut que trancher par rapport aux productions de l'époque. Si le film est considéré actuellement comme un chef-d'œuvre de la science-fiction et du cinéma, c'est parce que son sujet a des résonances encore actuelles. La maîtrise de l'énergie atomique reste au centre des préoccupations modernes, les différents incidents des centrales atomiques de Three Miles Island aux États-Unis, de Tchernobyl dans l'ex-URSS, ou plus récemment au Japon sont autant d'indicateurs des dangers du nucléaire et des faiblesses des protections mises en place. Par son traitement simple et dénué d'effets spéciaux imposants, Robert Wise a réalisé un chef-d'œuvre du film de SF dont le sujet résonne encore cinquante ans après sa sortie en salles.

    wise6

    Le remake de ce film culte sortira en France le 10 décembre 2008 avec Keanu Reeves dans le rôle de Klaatu et Scott Derrickson (l'Exorcisme d'Emily Rose) derrière la caméra.

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • freak1

     

    Freaks ( la monstrueuse parade ) de Tod Browning- 1932/USA/65mn

    Au cirque Tetrallini, le lilliputien Hans est fasciné par la beauté de Cléopâtre l'acrobate et délaisse la minuscule écuyère Frieda sa fiancée. Il vient d'hériter, Cléopâtre décide de l'épouser puis de l'empoisonner avec l'aide d'Hercule son amant et complice. Film sans équivalent dans l'histoire du Cinéma, le chef-d'oeuvre de Browning s'articule autour et à l'aide de vedettes réelles du cirque Barnum, homme-tronc, femme sans bras, squelette vivant , soeurs siamoises ...

    freak2

     

    - L'histoire -

    freak3

    Le bonimenteur fini le tour de présentation des monstres par, nous dit il, " la plus stupéfiante monstruosité vivante " et nous propose de nous conter son histoire : Dans le cirque Barnum, Hans, un nain, tombe amoureux de Cléo, la belle trapéziste. Cléo, qui a pris pour amant Hercule, l’homme fort, s’'amuse de la situation et des tourments de la pauvre Frieda, la naine fiancée d’'Hans. Mais Cléo finit par découvrir que son admirateur est l’'héritier d'’une grosse fortune ; elle décide donc d’épouser le nain puis de le tuer.

    freak4


    Alors qu’'elle empoisonne quotidiennement, à petites dose, son mari Hans, les " monstres " démasquent le complot et décident de se venger d’'Hercule et de Cléo. Comme l’'avait annoncé le bonimenteur, " offensez-en un, vous les offensez tous " ; leur union aura raison des deux complices par une nuit d’'orage. On retrouve alors le bonimenteur qui nous dévoile Cléo transformée en femme-poule, inspirant à son tour le dégoût qu'’elle témoignait autrefois aux monstres.

    - L'’analyse -

    freak5


     Freaks fait partie de cette poignée de films qu'on peut, sans exagération, qualifier d'uniques. Le film mérite encore ce qualificatif et rien n'est venu ternir ou atténuer son originalité. Dépassant les catégories traditionnelles du réalisme et de la fiction horrifique, Freaks appartient un peu à chacune d'entre elles et, pour cela, est par excellence le film du malaise. Du côté du réalisme, il y a la présence de vrais monstres (fondant à elle seule l'unicité radicale du film) et l'aspect de chronique documentaire des coulisses de la vie d'un cirque (Tod Browning fugue de chez ses parents à l'age de 16 ans et travaillera dans un cirque jusqu'à ses 30 ans). Du côté du fantastique : la vengeance des monstres et l'opération qu'ils ont pratiqué sur leur " victime".

    freak6

    Du côté de l'horreur : le nouveau manichéisme inventé par Tod Browning, opposant les monstres non responsables de leur monstruosité physique aux êtres normaux responsables de leur monstruosité morale. Ce sera aussi le propos d'Elephant Man. Les monstres, à cause de leur vulnérabilité, semblent décupler la monstruosité morale de certains êtres dits " normaux". En décrivant l'attitude de Cleo vis-à-vis de Hans, Browning a voulu exprimer un condensé de ce que les êtres normaux font subir aux anormaux et, d'une façon plus générale, de ce que l'homme, dans certaines circonstances, peut faire subir à d'autres hommes : mépris, exploitation, haine calculée et destructrice. Du coup, la distinction entre normal et anormal, naturel et monstrueux, se brouille.

    freak7

    Tout devient monstrueux et on s'aperçoit alors que le malaise provoqué par Freaks n'a d'autre origine que son humanité et son universalité. Cette humanité n'a rien à voir avec un quelconque humanisme...De l'humanisme ne subsistent ici que quelques traces, notamment dans la compassion que témoignent aux monstres certains artistes du cirque et dans la solidarité que les monstres éprouvent entre eux. Encore cette solidarité leur dicte-t-elle une vengeance aussi atroce – sinon plus – que l'offense qu'on leur a fait subir.

    freak8

    Avant tout, la force durable de Freaks tient à son absence de complaisance, à la dignité froide et silencieuse du regard de Browning. Browning est ici parfaitement à sa place-homme de cirque sachant de quoi il parle quand il présente ses amis les monstres. Etant donné qu'il avait été sous contrat à la MGM durant le muet (où il signa de nombreux films avec Lon Chaney), on s'explique que la firme ait voulu le reprendre après son triomphe de Dracula à la Universal.

    freak9

    Quand même : le surgissement d'un tel film au début des années 30, à Hollywood, à la MGM, son audace tranquille, qui est à la fois le comble de l'innocence et de la perversité, n'ont pas cessé jusqu'à aujourd'hui de plonger le spectateur dans la stupéfaction.

    Prochain film : 1951/ Le jour où la terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still)

    *

    Aura2

     


    Partager via Gmail Pin It

    2 commentaires
  • Le dernier TOP SECRET est dans les kiosques.

     

     

    LE SITE TOP SECRET

     

    Partager via Gmail Pin It

    1 commentaire
  • BD02
     
    Le tombeau de Jésus en France… Une société secrète qui le protège, qui a pour emblème… trois poires. Non, on ne parle pas de Perillos, ni de ses sires. On parle d’une BD, Le Triangle Secret, de Didier Convard et de son équipe. Le Triangle Secret est une série de BD, très populaire – si populaire que l’aventure est en train de continuer, avec une deuxième aventure, INRI. Le sujet de la première série est un amalgame de francs-maçons, de templiers, de géométrie sacrée, du tombeau de Jésus, etc. Pour citer Luc Révillon, l’auteur des deux tomes « annexes » à la série : « Tous les ingrédients d’une bonne intrigue étaient au rendez-vous : disparition, franc-maçonnerie, ésotérisme, religion et histoire. » Publié aux éditions Glenat, le tome 1 parait en avril 2000 ; le 7ème en mars 2003.

     

    http://www.societe-perillos.com/trianglesecret.html
    http://granck.free.fr/triangle.htm#

     


    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique