• freak1

     

    Freaks ( la monstrueuse parade ) de Tod Browning- 1932/USA/65mn

    Au cirque Tetrallini, le lilliputien Hans est fasciné par la beauté de Cléopâtre l'acrobate et délaisse la minuscule écuyère Frieda sa fiancée. Il vient d'hériter, Cléopâtre décide de l'épouser puis de l'empoisonner avec l'aide d'Hercule son amant et complice. Film sans équivalent dans l'histoire du Cinéma, le chef-d'oeuvre de Browning s'articule autour et à l'aide de vedettes réelles du cirque Barnum, homme-tronc, femme sans bras, squelette vivant , soeurs siamoises ...

    freak2

     

    - L'histoire -

    freak3

    Le bonimenteur fini le tour de présentation des monstres par, nous dit il, " la plus stupéfiante monstruosité vivante " et nous propose de nous conter son histoire : Dans le cirque Barnum, Hans, un nain, tombe amoureux de Cléo, la belle trapéziste. Cléo, qui a pris pour amant Hercule, l’homme fort, s’'amuse de la situation et des tourments de la pauvre Frieda, la naine fiancée d’'Hans. Mais Cléo finit par découvrir que son admirateur est l’'héritier d'’une grosse fortune ; elle décide donc d’épouser le nain puis de le tuer.

    freak4


    Alors qu’'elle empoisonne quotidiennement, à petites dose, son mari Hans, les " monstres " démasquent le complot et décident de se venger d’'Hercule et de Cléo. Comme l’'avait annoncé le bonimenteur, " offensez-en un, vous les offensez tous " ; leur union aura raison des deux complices par une nuit d’'orage. On retrouve alors le bonimenteur qui nous dévoile Cléo transformée en femme-poule, inspirant à son tour le dégoût qu'’elle témoignait autrefois aux monstres.

    - L'’analyse -

    freak5


     Freaks fait partie de cette poignée de films qu'on peut, sans exagération, qualifier d'uniques. Le film mérite encore ce qualificatif et rien n'est venu ternir ou atténuer son originalité. Dépassant les catégories traditionnelles du réalisme et de la fiction horrifique, Freaks appartient un peu à chacune d'entre elles et, pour cela, est par excellence le film du malaise. Du côté du réalisme, il y a la présence de vrais monstres (fondant à elle seule l'unicité radicale du film) et l'aspect de chronique documentaire des coulisses de la vie d'un cirque (Tod Browning fugue de chez ses parents à l'age de 16 ans et travaillera dans un cirque jusqu'à ses 30 ans). Du côté du fantastique : la vengeance des monstres et l'opération qu'ils ont pratiqué sur leur " victime".

    freak6

    Du côté de l'horreur : le nouveau manichéisme inventé par Tod Browning, opposant les monstres non responsables de leur monstruosité physique aux êtres normaux responsables de leur monstruosité morale. Ce sera aussi le propos d'Elephant Man. Les monstres, à cause de leur vulnérabilité, semblent décupler la monstruosité morale de certains êtres dits " normaux". En décrivant l'attitude de Cleo vis-à-vis de Hans, Browning a voulu exprimer un condensé de ce que les êtres normaux font subir aux anormaux et, d'une façon plus générale, de ce que l'homme, dans certaines circonstances, peut faire subir à d'autres hommes : mépris, exploitation, haine calculée et destructrice. Du coup, la distinction entre normal et anormal, naturel et monstrueux, se brouille.

    freak7

    Tout devient monstrueux et on s'aperçoit alors que le malaise provoqué par Freaks n'a d'autre origine que son humanité et son universalité. Cette humanité n'a rien à voir avec un quelconque humanisme...De l'humanisme ne subsistent ici que quelques traces, notamment dans la compassion que témoignent aux monstres certains artistes du cirque et dans la solidarité que les monstres éprouvent entre eux. Encore cette solidarité leur dicte-t-elle une vengeance aussi atroce – sinon plus – que l'offense qu'on leur a fait subir.

    freak8

    Avant tout, la force durable de Freaks tient à son absence de complaisance, à la dignité froide et silencieuse du regard de Browning. Browning est ici parfaitement à sa place-homme de cirque sachant de quoi il parle quand il présente ses amis les monstres. Etant donné qu'il avait été sous contrat à la MGM durant le muet (où il signa de nombreux films avec Lon Chaney), on s'explique que la firme ait voulu le reprendre après son triomphe de Dracula à la Universal.

    freak9

    Quand même : le surgissement d'un tel film au début des années 30, à Hollywood, à la MGM, son audace tranquille, qui est à la fois le comble de l'innocence et de la perversité, n'ont pas cessé jusqu'à aujourd'hui de plonger le spectateur dans la stupéfaction.

    Prochain film : 1951/ Le jour où la terre s'arrêta (The Day the Earth Stood Still)

    *

    Aura2

     


    Pin It

    2 commentaires
  • Le dernier TOP SECRET est dans les kiosques.

     

     

    LE SITE TOP SECRET

     

    Pin It

    1 commentaire
  • BD02
     
    Le tombeau de Jésus en France… Une société secrète qui le protège, qui a pour emblème… trois poires. Non, on ne parle pas de Perillos, ni de ses sires. On parle d’une BD, Le Triangle Secret, de Didier Convard et de son équipe. Le Triangle Secret est une série de BD, très populaire – si populaire que l’aventure est en train de continuer, avec une deuxième aventure, INRI. Le sujet de la première série est un amalgame de francs-maçons, de templiers, de géométrie sacrée, du tombeau de Jésus, etc. Pour citer Luc Révillon, l’auteur des deux tomes « annexes » à la série : « Tous les ingrédients d’une bonne intrigue étaient au rendez-vous : disparition, franc-maçonnerie, ésotérisme, religion et histoire. » Publié aux éditions Glenat, le tome 1 parait en avril 2000 ; le 7ème en mars 2003.

     

    http://www.societe-perillos.com/trianglesecret.html
    http://granck.free.fr/triangle.htm#

     


    Pin It

    votre commentaire
  • Le mystère des Cathares et du Mont-Aimé ont inspiré le Sparnacien (d'Epernay) Frédéric Marniquet, co-auteur de " la brigade de l'Etrange ". Lequel a choisi la Champagne et la Russie pour toiles de fond d'une série de meurtres mystérieux.

     

    BD01

    Après Ploumanach, la Baie de Morlaix puis Rocamadour, le tome 4 de la brigade le l'Etrange, bande dessinée dont Frédéric Marniquet co-signe les scénarios avec Philippe Chanoinat, a pour théâtre la Champagne mais aussi Saint-Petersbourg. Dans " Le tombeau des Cathares ", les inquisiteurs sont de retour au Mont-Aimé. Polar et surnaturel s'entrecroisent comme dans les précédents albums " agathachristiens " de cette série policière version française. Mais les auteurs ont réalisé un album à part. Les inspecteurs Carette et Guilbert sont mis en retrait et c'est le professeur Lartigues, sous les traits de Peter Cushing (Sherlock Holmes, Docteur Frankeinstein...) qui mène l'enquête. L'intrigue se base sur des faits historiques, mais le scénarios est peuplé de cadavres, qu'on se rassure. Un médecin est mystérieusement égorgé à Paris, on croise un tueur en série d'enfants, des meurtres dans l'Orient-Express, des archéologues brûlés vifs dans la région Champenoise, des fantômes ressurgis du moyen âge et un Tsar disparu... "On avait envie de sortir du schéma systématique et répétitif du polar et de rendre hommage aux Cathares et au Mont-Aimé." Un lieu objet de légendes, où se dressait en 1210 le château fort des puissants comtes de Champagne. C'est sur la place du château fréquenté aujourd'hui par les promeneurs que furent jugés pour hérésie le 13 mai 1239, 183 Cathares, avant d'être brûlés vifs sur une colline de la plaine Champenoise près de Vertus. " J'y suis allé il y a une dizaine d'années. J'y ai ressenti des présences partout, d'âmes qui n'ont pus se libérer." Frédéric Marniquet, fasciné par le paranormal, s'est plongé, pour cette bande dessinée à la trame historique, dans les ouvrages d'Alexandra Schreyer " La champagne mystérieuse " ou encore " les mystères de Saint-Petersbourg " de Vladimir Federovski. Six siècles après le drame, en 1815, à la fin de l'épopée napoléonnienne, le Tsar de toutes les Russies décida de rassembler ses troupes en une fête : en Champagne et sur le Mont-Aimé. 350.000 hommes dit-on. Comment le Tsar pouvait-il connaître cet endroit situé à plusieurs milliers de kilomètres de la Russie ? Autre mystère qui fait gamberger F. Marniquet, la présence d'une cité Cathare souterraine dans la partie Sud du Mont, la légendaire cité de Moymer. Ou quand l'Histoire rejoint la fiction... Pour les habitués de la série : le fil rouge qui relie les albums, c'est le meurtre des parents de l'inspecteur Carette qui lui, a pu échapper aux agresseurs en se cachant. Avis : le meurtrier apparaîtra dans le tome 5.

     

    Les 3 tomes précédents de la brigade de l'étrange

    BD00
     
    " Le tombeau des Cathares " éditions Albin Michel

    article du 23 avril 2007 pour le quotidien "L'Union" par Fabienne Nouira-Huet


    Pin It

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique