• Actualité culturelle (37)

    Actualité culturelle

     

    Rubrique concernant l'actualité culturelle telle les sorties de livres, Bd, revues, des créateurs divers aussi tels (Liu Xue, Giambologna, Sergio Odeith, Rob Gonsalves, Rob Ferrel, Léon Fouche, Johannes Stotter, Yvan Hoo, Robert Brunt, Kohei Ohmori,Carl Stermer), films cultes, les doublures des films, les génies sont-ils des mutants..., Jules Vernes et le symbolisme...

  • Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890

    Il y a plus de 128 ans, un étudiant norvégien a photographié en secret des inconnus, nous livrant un témoignage rare de la vie à la fin du XIXème siècle.

     

    Étudiant en mathématiques et féru de technologies, Carl Størmer nous a laissé un témoignage assez incroyable de la vie à la fin du XIXème siècle. Guidé par sa passion pour la photographie, il s’est procuré en 1893 une veste d’espion équipée d’un appareil photo.

    Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890

    Évidemment, on est loin des gadgets sophistiqués de James Bond : il s’agissait d’une boîte métallique circulaire (de la marque C.P. Stirn) qui se plaçait dans la veste laissant juste dépasser une petite lentille faisant croire à un bouton du vêtement. L’appareil photo était relié à une petite ficelle qui, à l’aide d’un trou dans sa poche, permettait d’activer l’appareil photo en toute discrétion.

    Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890  Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890

    Équipé de cette veste d’espion, Carl Størmer a parcouru les rues d’Oslo pour capturer des inconnus de son temps. Plus de 500 images ont été prises au total. Au maximum, il pouvait prendre 6 photographies avant de rentrer chez lui pour changer de “plateau”.

    Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890  Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890

    Ses photos, elles sont ressorties sur internet il y a peu et on vous les partage car ce sont de véritables trésors d’histoire. On y découvre les tenues vestimentaires à la fin du XIXème siècle, l’architecture, les moyens de transport… mais aussi une étonnante et étrange modernité dans certaines photographies.

    Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890  Cet étudiant a photographié en secret des inconnus dans la rue… en 1890

    Quand à Carl Størmer, il est décédé en 1957 à l’âge de 82 ans et fut un éminent mathématicien et physicien connu notamment pour son étude des mouvements des particules électrisées dans la magnétosphère et la formation des aurores polaires.

    D'autres clichés d'époque sur le lien dessous :

    source de l'article

    Pin It

    2 commentaires
  • Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !

    Artiste japonais de 22 ans, Kohei Ohmori excelle dans l'art du détail et nous laisse sans voix devant ses dessins hyper réalistes.

     

    Pour bon nombre d’entre nous, l’utilisation du crayon à papier se limite à des prises de notes ou à des croquis sommaires, mais pas pour Kohei Ohmori qui en a fait son unique outil de création et quel outil…

    Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !    Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !

     

    Loin d’être le seul dans ce domaine bien singulier, Kohei Ohmori n’en reste pas moins un artiste accompli de par sa technique et surtout son sens de l’observation qui lui permettent aujourd’hui de réaliser des illustrations en noir et blanc au rendu quasi photographique. Entre 200 et 250 heures de travail minutieux sont nécessaires à Kohei Ohmori pour produire chacune de ses illustrations monochromatique

     

     

    Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !   Incroyable : ceci n'est pas une photo... mais un dessin !

    *

    source de l'article

    autre lien source

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Robert Brunt & ses formes hypnotisantes

    L’artiste anglais Robert Brunt organise les éléments naturels (feuilles, pierres, bouts de bois) pour créer des formes hypnotisantes. Un plaisir visuel !

     

    Êtes-vous observateur de votre environnement quand vous profitez d’une petite balade en forêt, dans un parc ou sur une plage. Car si vous pensez l’être, sachez que l’artiste dont nous allons vous parler a développé un réel don en la matière. Sa passion au cours de ses promenades est de rechercher les pierres, les feuilles et les brindilles qui vont l’aider à développer son art.

     

    Son art justement est assez impressionnant. Il consiste à jouer avec les éléments naturels qu’il a ramassés pour créer des spirales fascinantes qui nous rappellent les mandalas : ces cercles (en sanskrit) utilisés dans le bouddhisme pour la méditation. Une fois son œuvre terminée, il la photographie et partage le tout sur son compte Twitter ou Facebook et invite régulièrement les curieux à le rejoindre quand il travaille sur une œuvre… à condition de vous trouver dans le Yorkshire (Angleterre).

    Robert Brunt & ses formes hypnotisantes

    Robert Brunt & ses formes hypnotisantes Robert Brunt & ses formes hypnotisantes

    Un art fascinant qui mélange équilibre et patience pour surprendre vos yeux et ceux, sans aucun doute, des promeneurs qui empruntent les mêmes chemins que Robert Brunt. Si vous aimez les photographies ci-dessous, vous pouvez retrouver les tirages directement sur le site internet de l’artiste ou encore découvrir le travail de Adam Hillman qui voue un peu la même obsession de l’organisation… mais avec des objets du quotidien.

    Robert Brunt & ses formes hypnotisantes

    Robert Brunt & ses formes hypnotisantes

    site de James Brunt

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Un "Goldorak" de 7m de haut au milieu d'un rond-point

    La statue insolite de 7 mètres de haut a été installée en Auvergne, au milieu d'un rond-point.

     

    Didier Berujon et Matthieu Sincero ont décidé de rendre hommage à l'un des "héros" de leur enfance en construisant, dans la petite commune auvergnate de Thiers, une statue à l'effigie de "Goldorak", relatent La Montagne et Le Parisien. 

     

    Trésor de brocante

    Tout est parti d'un modèle "collector" trouvé dans une brocante du coin. Didier tombe sur ce vieux jouet et les souvenirs remontent à la surface: "Il m'a dit: 'un jour, on le fera en grand'", explique son associé. Convaincu, ce dernier l'accompagne dans cette aventure. 

     

    Un mois de travail

    Résultat? Un mois de travail, 14 heures par jour, du lundi au dimanche, à deux, pour concevoir une réplique de 7 mètres, composée de deux tonnes d'acier. 

     

    Bonus: ses yeux s'illuminent la nuit. 

    Un "Goldorak" de 7m de haut au milieu d'un rond-point

     

    "Héros des années 1980"

    "Mon associé et moi voulions marquer le coup pour Noël et faire plaisir aux gens. C'est un héros des années 1980...". 

    La mairie a accueilli l'initiative les bras ouverts: "Goldorak" pourra surveiller le rond-point pendant deux mois, en espérant trouver un acquéreur pour prolonger son existence ailleurs... 

     

    Un "Goldorak" de 7m de haut au milieu d'un rond-point

     

    source de l'article

    Pin It

    votre commentaire
  • Une sauterelle morte découverte sur un Van Gogh

    Un musée du Missouri, dans le centre des Etats-Unis, a fait une drôle de découverte en étudiant au microscope un tableau de Vincent Van Gogh: une sauterelle, cachée près du coin inférieur gauche de l'oeuvre depuis 128 ans.

    Mary Schafer, directrice du musée d'art Nelson-Atkins de Kansas City, a aperçu le petit insecte marron en étudiant le tableau " Les Oliviers" peint par le maître néerlandais en 1889.

     

    "J'essayais de comprendre la construction de l'oeuvre en étudiant ses différentes couches, et c'est comme ça que j'ai trouvé le corps de cette petite sauterelle", a-t-elle expliqué à l'AFP. "C'est une manière marrante de porter un nouveau regard à ce Van Gogh", a-t-elle ajouté.

    Cette découverte peut s'expliquer par l'habitude qu'avait l'artiste de peindre en extérieur, où le vent faisait souvent voler insectes, poussières et brins d'herbe.

    Une sauterelle morte découverte sur un Van Gogh

    "J'ai dû ramasser une centaine de mouches sur les quatre canevas que tu vas recevoir, sans parler de la poussière et du sable", avait par exemple écrit Vincent Van Gogh dans une lettre adressée à son frère Théo en 1885.

    Le peintre néerlandais n'est cependant pas responsable de la mort de l'insecte, à qui il manque l'abdomen et le thorax. Selon le paléontologue de l'Université du Kansas Michael Engel, aucun signe de mouvement n'a été retrouvé autour de l'insecte sur la toile, signe qu'il était déjà mort quand il y est arrivé.

    Les conservateurs et les directeurs du musée d'art Nelson-Atkins se sont lancés dans de nouvelles analyses - à l'aide notamment d'ultraviolets, de rayons X et de microscopes - de leurs 104 oeuvres françaises pour les voir sous un nouveau jour.

    "Les Oliviers" fait partie d'une série de 18 tableaux consacrée à ces arbres et peints par Van Gogh à Saint-Rémy-de-Provence en 1889, dans l'asile où il était interné. Il est mort l'année suivante.

    Une sauterelle morte découverte sur un Van Gogh

    source de l'article

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique