• 2ème partie- Le secret des templiers

     

    2-LE SECRET DES TEMPLIERS

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p> 

    <o:p></o:p>

    Que n’a-t-on pas écrit sur le temple ! La bibliographie consacrée à cet ordre si mystérieux est tellement fournie que l’on se perd dans les différentes versions, souvent contradictoires, qui ont été données. Si l’on ajoute à cela la fin tragique des templiers, sauvagement torturés et condamnés au bûcher pour assouvir la vengeance de Philippe le Bel, ainsi que la légende du trésor fabuleux qui aurait été caché, on comprend que l’énigme de l’ordre du Temple ait enflammé l’imagination.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Jusqu’à présent, tous les ouvrages qui lui ont été consacrés abordaient le problème soit sous l’angle historique, soit en essayant de déchiffrer le contenu ésotérique de l’initiation templière.<o:p></o:p>

    Dans le premier cas, en s’appuyant sur les archives, il est possible de retracer les grandes lignes de la naissance d’un ordre religieux et militaire qui, après ses début en Terre Sainte, se replie en Occident à la fin des croisades où il deviendra une puissance, un Etat dans l’Etat avec lequel les souverains devront compter, jusqu’à sa triste fin. Mais cette histoire apparente est une structure bien vide qui ne prend pas compte de la réalité du Temple.<o:p></o:p>

    Sa richesse, provenant du commerce des produits venus d’Orient et de la gestion des finances des croisés, puis des biens fonciers constitués par les commanderies et les activités bancaires dont les templiers furent les précurseurs, n’explique pas la crainte qu’ils inspiraient, la haine dont on les entourait et surtout les accusations d’hérésie qu’ils ont subies. Ces dernières, en particulier, provenaient de ce qu’on savait de l’initiation à laquelle étaient astreints les aspirants chevaliers. Or, s’il y avait initiation, cela impliquait qu’il y avait message ésotérique et le fait que les templiers possédaient des secrets connus d’eux seuls pouvait suffire à motiver les attaques menées contre eux, sous ordre occulte du Pape.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ABRAHAM, MELCHISEDECH, LE GRAAL ET LE BAPHOMET

    <o:p></o:p> 

    <o:p></o:p>

    Mais là où l’on nage dans l’inconnu, c’est sur la nature de ces secrets. Les ouvrages d’ordre occulte qui ont été écrits sur le temple sont, bien sûr, de par leur nature même, des spéculations faites à partir de trop rares documents, en tout cas officiels. L’ordre des Pauvres Chevaliers de la milice du Christ et du temple de Salomon avait bien été crée pour protéger les pèlerins en Terre sainte, mais plus profondément, c’était un ordre initiatique voué à la quête de la véritable connaissance de l’univers. Etudiant la tradition, avec Abraham et Melchisédech, le Graal, le Baphomet, etc. analysant les symboles des chapelles templières, interprétant les graffitis de Chinon et de Domme, Jacques Maurin met en lumière le grand courant ésotérique qui animait le Temple et sa haute valeur spirituelle. Passons brièvement sur la partie historique du Temple. En l’an 1118, neuf chevaliers français ( le nom exact de cinq d’entre eux est connu. Il s’agit outre Hugues de Payns, des Flamands Godefroy de Saint-Omer, Payen de Montdidier, Archambaud de Saint-Amand et de l’oncle du futur saint Bernard, abbé de Clairvaux, André de Montbard, lui aussi  apparenté aux comtes de Bourgogne. Des quatre autres, Gondemare, Rosa , Godefroy et Geoffroy Bisol, on ne connaît que les prénoms, à l’exclusion des noms patronymiques. La qualité des cinq nobles connus infirme totalement la version historique selon laquelle il se serait agi de «  pauvres chevaliers ». D’autant  plus que le premier à les rejoindre en 1225 ne fut autre qu’un des grands seigneurs de France, Hugues, comte Champagne) conduits par Hugues de Payns, de la maison des comtes de Champagne, débarquent en Palestine et présentent au roi Baudouin II de Jérusalem, lui disant qu’ils avaient formé le dessein de fonder une communauté pour « protéger les pèlerins des larrons et des meurtriers et garder les routes publiques ». Baudouin II accéda au désir de ces « Pauvres Chevaliers de la  milice du Christ », ainsi qu’ils se nommèrent tout d’abord, et leur affecta comme logis une aile de la mosquée Al-Aqsa où il résidait lui-même, construite sur l’ancien temple de Salomon, d’où le nom de chevaliers du Temple qu’ils prirent par la suite. Aussitôt après, ils prononcèrent entre les mains du patriarche de Jérusalem les trois vœux de chasteté, d’obéissance et de non-possession personnelle. Cela est l’histoire réelle. Mais, dès le début, on se trouve confronté à certaines singularités. C’est ainsi qu’il existait déjà en Terre sainte l’ordre hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, chargé d’accueillir et de défendre les pèlerins. Dans ces conditions, on peut se demander pourquoi le roi Baudouin II et le patriarche n’ont pas incité Hugues de Payns et ses compagnons à entrer dans cet ordre (ces singularisés ont été pertinemment analysées par Louis Charpentier, dans les Mystères de la Cathédrale de Chartres et les Mystères Templiers, publiés tous deux chez Laffont).<o:p></o:p>

    Ensuite, malgré leurs vœux, les neuf chevaliers resteront laïcs pendant dix ans, ils refuseront d’accueillir qui que ce soit dans leurs rangs. Mais plus bizarre encore est le comportement. Alors qu’ils ont pour mission d’assurer la sécurité des routes, ils ne sortiront pratiquement pas des ruines du Temple de Salomon, comme si c’était là en ce lieu précis que se trouvait ce qu’ils étaient venus chercher (voir mon article Le destin de l’Arche d’Alliance). Tout porte à croire que l’argument avancé par les neuf chevaliers était bien fallacieux. Le fait que Baudouin II et le patriarche aient accédé sans regimber à leurs désirs laisse entendre qu’ils leur étaient chaudement recommandés. Et que, peut-être qu’ils agissaient pour le compte d’une autre autorité, éventuellement, l’abbé de Clairvaux, haut lieu, à cette époque, de la chrétienté (Pour quelques historiens, en effet, le vœu d’obéissance prononcé devant le patriarche ne pouvait s’appliquer à Hugues de Payns. Alors toujours laïc. Par ailleurs, ils n’ont jamais obéi au patriarche et, s’il s’était agi de Baudouin, le serment aurait été d’allégeance et non d’obéissance. On peut donc en conclure qu’il avait au dessus d’eux un grand maître secret. Le maître général de l’ordre de Citeau, dont l’abbaye de Clairvaux était le fleuron, le problème demeure). Sans doute les buts du Temple furent nombreux. Bien des fraternités avaient des contacts secrets au plus haut niveau, mais leurs membres respectifs se connaissaient mal. Sur le plan strictement profane, que savait-on en France de l’Orient et de sa civilisation, par exemple ? Il est propable que ce fut là un aspect positif des croisades, tant en Palestine, en Espagne, qu’ailleurs. Les documents mystiques nous apprennent que c’est par l’intermédiaire de la « fraternité des frères d’Orient » et des « corporations byzantines » que s’opéra la rencontre entre les initiés d’Orient et d’Occident.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    UN PONT ENTRE DEUX GRANDES TRADITIONS

    <o:p></o:p> 

    <o:p></o:p>

    C’est donc la recherche de cette réunification, de ce pont entre deux grandes traditions que fut avant tout la mission des templiers. Quand le concile de Troyes eut reconnu officiellement la mission des Templiers, l’ordre reçut une règle écrite sous la direction de saint Bernard.<o:p></o:p>

    Les Templiers entendaient la messe trois fois par semaine et communiaient trois fois par an.

    <o:p></o:p> 

    Ils portaient un vêtement blanc avec une croix rouge.

    <o:p></o:p> 

    Leur étendard, nommé BAUCEANT ? était mi-parti de blanc et de noir. Les principales dignités, établies par les statuts, étaient celles de grand maître, qui avait rang de prince, de grand prieur ou percepteur et de commandeur. Cette structure, mi-chevalière, mi-monastique, peut fort bien correspondre à des degrés initiatiques. Toutefois, tous les templiers n’étaient  certainement pas des initiés. Nous comprenons aisément que le nombre des templiers initiés ne pouvait être que relativement important, la prudence et la discrétion requises devant être très sérieusement respectées. Il est également probable que l’admission même devait être assortie d’un examen très attentif de la sincérité de l’impétrant. Il serait illusoire de croire que tout templier était un initié. De même, tous n’étaient pas au même, degré d’avancement.<o:p></o:p>

    C’est la méconnaissance de cette échelle initiatique qui a certainement faussé les interrogations auxquels furent soumis les templiers lorsque commencèrent les persécutions. On voulut en effet faire dire à des profanes ce qu’ils ignoraient. Et, sous la torture, ils avouèrent n’importe quoi. Ce qui ajouta à la confusion des historiens. En passant au crible de l’histoire ce qu’on pu être les sources de l’ésotérisme des templiers, en cherchant à les rattacher à un ésotérisme biblique qui s’était dévoyé lors de la séparation des courants religieux qui en étaient issus, je peux dire qu’il y a des grands secrets qui ne sont pas encore connus, je vais donc un prochain article vous les exposer.

     

     

    la taverne de l'étrange- 4 décembre 2007


    <o:p></o:p> 

    <script type=text/javascript> </script> <script src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js" type=text/javascript> </script>

  • Commentaires

    1
    visiteur_Top
    Mardi 4 Décembre 2007 à 17:34
    Article interressant. Sur les Templiers, ont peut en faire des 10zaines il y a tellement de mati? ?reuser.
    2
    Fabros
    Lundi 7 Septembre 2009 à 19:06
    Un site r?nt sur Les Templiers ?onsulter de toute urgence http://www.pauvreschevaliersduchrist.com
    3
    noblesse
    Samedi 13 Février 2010 à 19:24
    Bonjour, voir "ma vérité sur les graffiti de chinon", le graal la quête d'un secret bien gardé, et le mystère de la grotte sacrée sur le blog noblesse jean marc
    ou rentrer sur le forum de templarii, je vous invite à découvrir une authentique histoire et découverte en rapport avec les graffiti de chinon situés dans la tour de Coudray

    Cordialement

    JM Noblesse
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :