• 1954- MYSTERIEUX ATTERRISSAGE D'UN ENGIN DANS LE JURA

     

    MYSTERIEUX ATTERRISSAGE D’UN ENGIN DANS LE JURA


     


     

    LES GRANDES OBSERVATIONS ANCIENNES EN FRANCE

     

     

    Dense et silencieuse, la nuit d’automne a depuis longtemps confondu les noirs sapins de la forêt jurassienne et les maisons montagnardes accrochées aux pentes de Prémanon. La pluie de ce 27 septembre 1954 épaissit encore les ténèbres où le village est englouti. Là-haut, en bordure de l’étroit plateau franco-suisse, à près de 800 mètres d’altitude, des lumières brillent encore dans la ferme des Rolland, isolée dans les pâturages.



    Il est près de 9 heures. Malgré cette heure tardive pour les écoliers, les enfants ont reçu la permission de jouer un instant dans les dépendances de la ferme. Soudain, l’aîné, Raymond, douze ans, cesse de jouer et intrigué, prête l’oreille, aussitôt imité par Claude, son petit frère : dehors, le chien de la maison hurle inlassablement à la nuit comme pour avertir d’une arrivée ou d’une présence insolite. Les deux frères ne sont pas encore revenus de leur étonnement que la porte du fenil s’ouvre en coup de vent. Jeanine, leur sœur, 9 ans, surgit, pâle, tremblante, pour tout dire bouleversé. Surmontant son trouble, elle leur dit d’une voix vibrante d’effroi : Si vous saviez ce que je viens de voir dans la grange ! C’est un drôle de truc. On dirait un fantôme qui se promène sans bruit. A la mine de sa sœur, Raymond comprend qu’elle ne plaisante pas. Courageusement il fonce dans la grange. Mais il a beau en fouiller tout les recoins, elle est vide. Déjà il hausse les épaules : les filles, ça voit des fantômes partout.

    Cependant, pour en avoir le cœur net, il sort dans la cour de la ferme. Mais il n’a pas fait deux pas qu’il s’immobilise, sidéré.

    A quelques mètres devant lui, dans la pâle clarté diffusée par les lampes de la ferme, se tient le fantôme. Un de ces fantômes qu’une légende n’a jamais décris. C’était comme un énorme morceau de sucre, expliquera Raymond. Un sucre très brillant, fendu en bas, à peu près de ma taille et qui m’a paru avancer sur trois pieds. Revenu de sa stupeur, le garçonnet se met en devoir de chasser ce monstre « Sans bras », mais sans paraître émouvoir outre mesure le « machin » qui, immobile, semble le narguer. Raymond « s’arme » alors du pistolet à flèche qu’il porte à sa ceinture, vise l’intrus et tire. Pas plus de réaction ! Alors, sans se déconcerter, l’enfant s’approche. Au moment où je me trouvais à quelques pas de lui, racontera-t-il, j’ai senti une pression glacée contre moi, qui m’a renversé à terre. Terrorisé par ce fluide glacial, qui le couche au sol, Raymond hurle. Sa sœur Jeannine qui tient aux aguets dans le fenil l’entend. Elle ouvre la porte et voit le « morceau de sucre » géant s’éloigner en se dandinant sur ses trois pieds. Raymond, qui s’est relevé pour se réfugier près d’elle, scrute lui aussi les ténèbres pour essayer de voir et de comprendre.


    Puis, pris de panique, les quatre enfants traversent la cour à toutes jambes pour rentrer dans la maison d’habitation où se tiennent leurs parents. Au milieu de sa course, le petit Claude s’arrête et, désignant du doigt le pré qui s’étend devant la maison, il crie à sa sœur et son frère : « Oh ! Regardez ! » Les yeux agrandis par la stupeur, les enfants voient s’élever, à 150 mètres d’eux, une énorme boule rougeoyante qui voltige comme une feuille morte.

    Au bout de quelques secondes, elle semble brusquement absorbée par la nuit. Les quatre petits témoins gagnent alors leurs lits sans oser rien dire à leurs parents. Ce n’est que le lendemain, à l’école, que Raymond Rolland se décide à raconter son aventure à son institutrice. En entendant ce récit abracadabrant, elle n’en croit d’abord  pas ses oreilles. Elle sait pourtant que Raymond n’est pas un menteur ni un fabulateur, il ne peut, d’autre part, avoir inventé tous les détails de cette aventure. Dessine-moi ton monstre, lui dit-elle. Raymond va au tableau noir et, sans la moindre hésitation, il dessine le « morceau de sucre » sur son trépied. Convaincu de la sincérité, l’institutrice alerte la gendarmerie de Saint-Claude. Bientôt, le capitaine Brustel arrive sur les lieux. Il interroge les trois enfants et, frappé à son tour par la concordance de leur récit, il se fait conduire à l’endroit où ils ont vu s’élever la boule rouge.

    Les empreintes que ses gendarmes et lui-même y découvrent lui démontrent que les enfants n’ont pas inventé cet atterrissage d’engin mystérieux. Malgré la pluie qui n’a pas cessé de tomber, ils distinguent nettement dans le pré un cercle de 4 mètres de diamètre dessiné dans l’herbe couchée (et non tassée) et 4 trous rectangulaires d’environ 10 cm de côté. C’est la preuve qu’un engin s’est posé là sur 4 béquilles.

    Tout permet de supposer que le cercle a été dessiné par un champ de force, probablement magnétique, et gravimétrique, au moment du décollage de l’appareil.

    Enfin, tout près de là, un mât dressé par des campeurs porte des éraflures toutes fraîches…

    Après une minutieuse enquête et deux reconstitutions sur les lieux, l’officier de gendarmerie est formel, il déclare :


    « Pour plusieurs raisons, je suis convaincu que les enfants Rolland ne mentent pas. N’ayant jamais entendu parler de soucoupes volantes, ils n’ont pas pu inventer tous les détails de leur aventure. Leurs témoignages concordent parfaitement quand je les interroge séparément, et surtout, ces témoignages sont étayés par les traces relevées au sol. » Enfin, tous les habitants du village sont unanimes pour croire que Raymond dit la vérité. Il reste, bien sûr, à déterminer à quelle sorte d’extraterrestre appartient ce « morceau de sucre ». Il s’agit d’un nain, du type si souvent décrit par certains témoins, revêtu d’un scaphandre aux formes géométriques ou, plus simplement d’un robot téléguidé ? Le saura-t-on jamais ? Le « machin » de Prémanon présente en tout cas plusieurs points communs avec des « touristes » tout aussi mystérieux venus visiter notre planète en ce mois de septembre 1954. Il n’a pas  de bras, tout comme le petit homme vert qui 15 jours plutôt, après avoir atterri sur la voie ferrée de Quarouble (Nord) a rencontré Marius Dewilde ainsi que son fils René.


    Cependant, il ressemble davantage encore à  « l’épouvantail » qui, le 28 septembre, c’est-à-dire le lendemain de l’affaire de Prémanon, terrorise Mme Leboeuf, à Chabeuil (Drôme).

    En ce début d’après-midi, elle se promène près d’un bois quand se chienne manifeste, par ses hurlements, une nervosité excessive. Mme Leboeuf s’approche et demeure clouée sur place. Devant elle se tient un petit être à face humaine mais sans bras. Il est revêtu d’un scaphandre transparent. Il ressemblait à un enfant qu’on aurait mis sous cellophane, dira-t-elle. Effrayé, je suis allée me cacher dans une haie d’où j’ai vu bientôt s’élever, dans le champ de maïs voisin, un engin en forme de toupie qui s’est éloigné en rasant le sol. Mais le procès des écoliers de Prémanon n’est plus de mise. Car, si l’on considère le nombre d’atterrissages et de passages d’O.V.N.I. qui depuis ce jour de septembre 1954, on été observé par des témoins irréfutables dans cette région de France, il n’y a aucun doute à avoir. D’après mes recherches personnelles il y en a 47, voilà de quoi à revoir pas mal de dossiers les revoir ainsi a savoir la raison de leurs interventions dans ce secteur, nos ufologues ont de quoi s’occuper.

    *

     


     

    CLAUDE BURKEL

     

    Source : Archives personnelles, contact témoins 2008

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :